Ei-iE

Marche mondiale : 13 ans d'action contre l'exploitation

Publié 19 janvier 2011 Mis à jour 19 janvier 2011

Le 17 janvier dernier, la Marche mondiale contre le travail des enfants a fêté ses 13 ans d'efforts de mobilisation dans le monde entier, afin de protéger et de promouvoir les droits de tous les enfants, notamment celui de recevoir une éducation gratuite et digne de ce nom, et celui d'être libre de toute exploitation économique.

La Marche mondiale a marqué cet anniversaire par un objectif : développer davantage les progrès réalisés, en considérant le travail des enfants comme une priorité à l'agenda du développement international.

Depuis sa création, le 17 janvier 1998, la Marche mondiale s'impose comme référence dans la lutte contre le travail des enfants. A la suite de la crise économique mondiale, qui pourrait faire régresser certains progrès accomplis au cours de la dernière décennie, il est plus que jamais nécessaire d'avoir un mouvement dynamique et cohérent en vue de soutenir les efforts pour éradiquer le travail des enfants.

La Marche mondiale rassemble 2.000 partenaires issus de 140 pays différents. Elle renforce et unifie ainsi les voix des ONG, des syndicats, des associations d'enseignants et autres militants. La Marche mondiale a joué son rôle en rappelant à la communauté internationale que tous les enfants devaient être protégés de l'exploitation et de tout abus. De plus, elle travaille en étroite collaboration avec l'Internationale de l'Education pour mettre en lumière le lien entre travail des enfants et faible accès à une éducation de qualité.

Les derniers rapports de l'Organisation internationale du Travail indiquent un ralentissement des progrès dans ce domaine. Le mouvement de l'Education pour Tous (EPT) affronte des défis similaires et souligne l'importance de conserver un plaidoyer international pour ces objectifs de développement.

En 2010, nous avons assisté à un renouvellement des engagements mondiaux pour une action affirmative en vue de lutter contre le travail des enfants. Lors de la Conférence mondiale sur le travail des enfants, tenue à La Haye en mai 2010, la communauté internationale a apporté son soutien à la Feuille de route pour éliminer les pires formes de travail des enfants d'ici 2016 (Feuille de route 2016).

Lors de ces discussions, la Marche mondiale et l'IE ont été des partenaires clés en vue de développer la Feuille de route et s'engagent de façon égale à sa mise en oeuvre et à son suivi dans tous les secteurs en 2011.

Ce 11 mai 2011, pour célébrer le premier anniversaire de l'adoption de la Feuille de route, la Marche mondiale organisera une consultation internationale de toutes les parties prenantes en vue d'aborder sa mise en œuvre. De plus, au mois d'octobre 2011, elle organisera également une conférence internationale pour discuter de sa mise en œuvre.

Pour la Marche mondiale et ses partenaires, la première Assemblée mondiale, qui se tiendra au Maroc en octobre 2011, constituera un événement clé. Cet événement, qui sera ouvert à tous les affiliés et partenaires, sera un grand pas en avant dans ces efforts de revitalisation du mouvement mondial contre le travail des enfants, grâce au lancement d'un plan d'action stratégique sur cinq ans, prévoyant notamment une intégration du travail des enfants aux activités de l'EPT et des OMD.

Jan Eastman, Secrétaire générale adjointe de l'IE, a déclaré : « l'IE soutient l'immense travail accompli par la Marche mondiale en vue de libérer les enfants du travail, et de les venir en aide en leur offrant des opportunités d'éducation pour assurer leur avenir. L'IE, la Marche mondiale et les syndicats d'enseignants du monde entier s'engagent à continuer de défendre les droits des enfants et ce, à travers l'EPT et la lutte contre le travail des enfants ».

Le rôle pouvant être joué par les syndicats d'enseignants pour lutter contre le travail des enfants a également été abordé lors de la Première Conférence mondiale des femmes qui s'est tenue du 20 au 23 janvier à Bangkok, en Thaïlande.