Ei-iE

Géorgie : les syndicats demandent une consultation sur la qualification des enseignants

Publié 22 février 2011 Mis à jour 22 février 2011

L’affilié de l’IE en Géorgie, l'ESFTUG, a répondu aux propositions sur un nouveau processus de certification des enseignants.

L’ Educators and Scientists Free Trade Union of Georgia(ESFTUG) a appelé le Ministre géorgien de l’Education et des Sciences à appuyer sa demande de consultation.

Grâce aux inlassables efforts de plaidoyer de l’ESFTUG à l’égard des autorités nationales afin de promouvoir l’accès à une éducation de qualité au sein des établissements scolaires géorgiens, le gouvernement a décidé de proposer des formations en vue d’une certification générale des enseignants et un système de coupons a été introduit en 2010.

Les autorités nationales ont sélectionné les instituts de formation habilités à délivrer les programmes d’examen qui permettront l’accréditation des enseignants par le gouvernement. Mais ce système a malheureusement échoué. La plupart des enseignants ont été déçus et se sont sentis insultés en raison de la remise en question potentielle de leur professionnalisme dans le cas de mauvais résultats à l’examen général.

Suite aux amendements apportés à la loi sur la certification (qui date du 4 décembre 2009), le dernier cycle d’inscription des enseignants à la certification a pu démarrer. Les autorités nationales sont responsables de la formation de 4000 enseignants en mathématiques, physique et connaissances générales, de même que des examens de certification du développement professionnel. Cependant, le gouvernement ne mettra pas de fonds de coupons à disposition des enseignants géorgiens.

La Présidente de l’ESFTUG, Maia Kobakhidze, a récemment profité d’une conférence de presse pour solliciter la collaboration du Ministre de l’Education et des Sciences, en appuyant le fait qu’une coopération entre les partenaires sociaux puisse contribuer à promouvoir la réforme continue du système éducatif et améliorer l’accès à une éducation de qualité.

Kobakhidze a insisté sur la nécessité de communiquer aux établissements publics les critères concernant les enseignants avant le délai de clôture des inscriptions, de supprimer les frais et de respecter le droit de tous les enseignants à se soumettre à des examens ; plus de 4000 enseignants profitent d’avantages gouvernementaux. Elle a également déclaré que seuls le dialogue social et les négociations permettraient d’assurer la prise en compte adéquate des intérêts des enseignants et la défense de leur dignité.

L’IE soutient la requête de l’ESFTUG en faveur d’une qualité accrue de formation des enseignants, et elle prie instamment le gouvernement géorgien de respecter les normes nationales et internationales en matière de négociation collective.