Ei-iE

La recherche pour « évaluer ce que nous valorisons »

Publié 25 mars 2011 Mis à jour 25 mars 2011

Dans le cadre de la réunion du Réseau de recherche de l'IE, les participants ont pu aborder les menaces pesant au plan mondial sur les syndicats.

Au premier rang de ces menaces figurent la réduction des dépenses publiques en faveur de l'éducation, la privatisation, les tests et les systèmes de classement, pour n'en citer que quelques-unes.

Cet évènement, qui s'est tenu pendant deux jours à Bruxelles, en Belgique, a permis aux représentants des affiliés de l'IE venus d'Afrique, d'Asie, d'Amérique latine, d'Amérique du Nord et d'Europe  de s'informer sur les dernières avancées en matière de recherche, et de partager leurs expériences acquises au sein de leur propre pays ou de leur propre région.

Guntars Catlaks, Coordinateur Recherche de l'IE, a ouvert la Septième réunion du Réseau en analysant le cadre politique émergeant en matière d'éducation. Il a mis en lumière l'accélération des pratiques d'assainissement budgétaire résultant de la pression du Fonds monétaire international sur les gouvernements, afin que ces derniers réduisent leurs niveaux de déficit. Il a également expliqué comment ces pratiques entraînent des mesures d'austérité au niveau des services publics et une plus forte dépendance envers les initiatives de financement public-privé. Au moyen d'exemples, il a souligné l'impact de ces pratiques sur les enseignants, qui se voient obligés d'en faire toujours plus avec moins de ressources, la mise en place de conditions de travail précaires entraînant une insécurité de l'emploi, ainsi que la généralisation des salaires basés sur les performances.

Catlaks a expliqué aux participants que l'IE concentre toute son attention sur les réunions ministérielles avec l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). En effet, c'est principalement lors de ces réunions que sont élaborées les politiques en matière d'éducation. Il a également mentionné le fait que la septième réunion avait récemment eu lieu, et que l'IE avait mis à profit sa participation pour mettre en lumière la nécessité d'investir davantage dans le secteur de l'éducation afin d'assurer des avantages économiques, tels que l'emploi et les revenus, ou encore des avantages privés. De plus, l'IE a souligné les bénéfices sociaux considérables en résultant, tels qu'un bon état de santé, un intérêt pour la politique et une confiance interpersonnelle.

Catlaks a fait remarquer que le nouveau document de stratégie de la Banque mondiale avait remplacé « Education pour Tous » par « Apprentissage pour Tous », et a invité les participants au Réseau de recherche à débattre de cet important changement. Il a mis en lumière la nécessité « d'apprendre à évaluer ce que nous valorisons, et à valoriser ce qui peut être évalué ».

Les participants se sont ensuite lancés dans des débats avec des intervenants ayant présenté des projets de recherche actuellement menés par l'IE en matière de réformes de l'éducation, de formation des enseignants du primaire sous-qualifiés en Inde et en Indonésie, d'écoles en marge en Europe centrale et orientale, ainsi que d'enseignement suivant l'économie de marché en Chine. Ils ont également abordé les projets de recherche actuellement menés par l'Institut de recherche de l'IE, incluant notamment le soutien à la direction, au poids et à l'efficacité des enseignants ; et la profession enseignante au XXIème siècle. De plus, les participants se sont engagés à soutenir le projet EDUWEL relatif aux conditions d’emploi  des doctorants.

Au cours de la seconde journée de débats, les participants ont analysé l'avenir de la recherche de l'IE, ainsi que tout le travail en cours sur le plan national. Le Secrétaire général de l'IE, Fred van Leeuwen, s'est adressé aux participants en abordant le thème de la recherche en tant que soutien aux objectifs de l'IE. Van Leeuwen a également souligné l'importance des preuves fondées sur la recherche dans la mise en œuvre d'un cadre visant à protéger et à étendre l'éducation pour tous universelle, ainsi qu'à renforcer le rôle des enseignants. Ces deux questions seront abordées lors du Sommet international sur la profession enseignante, organisé à New York, aux Etats-Unis, par l'IE, l'OCDE et de Département américain de l'Education.

Pour de plus amples informations sur le travail de recherche de l'IE, veuillez cliquer ici.