Ei-iE

L'IE œuvre à la solidarité au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Publié 27 juin 2011 Mis à jour 4 juillet 2011

L'IE vient d'achever une réunion au sommet avec les représentant(e)s syndicaux/ales du secteur de l'éducation de 11 pays du groupe de pays arabes au Caire, en Egypte, en s'engageant à accroître sa présence et ses activités dans la région.

Du 25 au 27 juin, des délégué(e)s de 21 syndicats de l'éducation venu(e)s d'Algérie, d'Egypte, d'Irak, de Jordanie, du Koweït, du Liban, de Mauritanie, du Maroc, de Palestine, de Tunisie et du Yémen se sont réuni(e)s pour débattre du rôle central que jouent les syndicats indépendants et démocratiques du secteur de l'éducation dans les révolutions nord-africaines et arabes.

Les participant(e)s ont indiqué que les soulèvements appelaient à un renouveau social, économique et politique au profit des travailleurs/euses, en favorisant la justice sociale, l'égalité, la liberté et les droits pour tous, hommes et femmes, y compris les plus marginalisé(e)s.

Les délégué(e)s groupe des pays arabes ont également expliqué en quoi le renforcement du dialogue et de la coopération a permis de développer leur capacité à promouvoir les droits des travailleurs/euses et la justice sociale. Ils/Elles ont tou(te)s déploré l'absence de représentant(e)s des enseignant(e)s du Bahreïn, dont les leaders sont actuellement détenus.

Ont également assisté à la réunion de l'IE des observateurs de Grande-Bretagne, du Danemark, de France, d'Allemagne, de Norvège, d'Espagne et des Etats-Unis. Du Bureau exécutif de l'IE, Patrick Gonthier, Ulrich Thöne, Jose Campos Trujillo, Randi Weingarten et Abdelaziz Mountassir, du Maroc, figuraient eux aussi parmi les observateurs. Christine Blower, présidente du Groupe consultatif de l'IE pour le Moyen-Orient, était également présente.

La réunion résulte d'une décision prise en mars 2011 par le Bureau exécutif de l'IE de donner suite à une résolution adoptée au Congrès mondial de l'IE de 2007 afin de promouvoir la mise sur pied et le renforcement de syndicats d'enseignants indépendants, démocratiques et critiques dans le groupe des pays arabes et en Asie centrale.

Les participant(e)s ont unanimement reconnu le rôle essentiel joué par les syndicats et l'éducation dans les mouvements pour le changement démocratique et la fonction de porte-voix des préoccupations de la population qui incombe aux syndicats du secteur de l'éducation de la région du groupe des pays arabes . Cela passe par l'instillation d'un changement durable en matière de droits des travailleurs et d'égalité, l'amélioration des systèmes éducatifs et du statut des enseignant(e)s, et le renforcement des institutions au service de la population.

Les délégué(e)s du groupe des pays arabes ont également insisté sur la démocratie et l'indépendance nécessaires des syndicats face aux partis politiques et aux pouvoirs publics.

Tou(te)s les participant(e)s à la réunion ont applaudi le courage et la détermination de leurs collègues égyptien(ne)s sur la place Tahrir, au Caire, où le soulèvement populaire contre le pouvoir corrompu et autocratique de Hosni Mubarak a pris une ampleur telle qu'il a renversé le régime.

L'assemblée de l'IE pour le groupe des pays arabes s'est conclue avec un sentiment fort de solidarité, de responsabilité et de concrétisation des objectifs; tou(te)s les participant(e)s étaient bien conscient(e)s du défi que représente le changement des mentalités et la sensibilisation aux droits, mais aussi du potentiel qu'offrent les syndicats indépendants en matière de changement durable et démocratique.

Le dialogue engagé lors de l'assemblée de l'IE au Caire débouchera sur des activités concrètes dans le groupe des pays arabes .