Ei-iE

Mali: intensification du programme Educateurs de qualité pour tous

Publié 6 juillet 2012 Mis à jour 9 juillet 2012

Un atelier organisé pour le lancement du programme des Educateurs/trices de qualité pour tous (Quality-Ed) s’est tenu à la Haye, au Pays-Bas, du 25 au 27 juillet. L’IE et son affilié malien, le Syndicat National de l’Education et de la cultureUNTM (SNEC-UNTM) se sont joints aux autres partenaires du projet lors de cette réunion. Dans le cadre du Projet Quality-Ed, 2.555 enseignant(e)s communautaires, assurant l’éducation d’environ 86.700 élèves de l’enseignement primaire dans la région rurale de Ségou, recevront une formation continue qui leur permettra d’améliorer leurs compétences.

Le projet est une initiative conjointe de l’IE et d’Oxfam Novib – qui fait partie d’Oxfam International, l’une des plus importantes ONG internationales de développement mondial. Ces organisations conjuguent actuellement leurs forces avec le ministère de l’Education et les instituts de formation des enseignant(e)s pour aborder la pénurie grave d’éducateurs/trices de qualité dans l’enseignement primaire au Mali par le biais de la formation des enseignant(e)s et du développement professionnel.

Formation continue

Le but principal de ce programme est de fournir une formation continue aux enseignant(e)s communautaires, qu’ils valideront par un diplôme et de veiller à leur  recrutement formel en tant que fonctionnaires. Les enseignant(e)s communautaires doivent recevoir une formation pour pouvoir atteindre l’objectif visant à obtenir des enseignant(e)s bien formés et qualifiés dans les écoles publiques, et que leur niveau ainsi obtenu, soit reconnu par le gouvernement. Les enseignant(e)s formé(e)s dans le cadre du projet Quality-Ed doivent bénéficier des mêmes conditions de travail, des mêmes qualifications et recevoir la même rémunération que les enseignant(e)s des établissements publics.

Environ 60 % de l’éducation au Mali est gérée par l’état (éducation publique). L’éducation est également apportée par des communautés (18%) ou par des structures éducatives financées par des donateurs extérieurs ou des groupes religieux parmi lesquels figurent les madrasas (écoles religieuses, 12%). La grande majorité des éducateurs/trices qui travaillent en dehors du système de l’éducation publique ne sont pas qualifié(e)s ou sous-qualifié(e)s.

Qualité affectée

Au Mali, la pénurie d’enseignant(e)s ayant reçu une bonne formation entrave une éducation de qualité. Pour y remédier, le projet Quality-Ed envisage de soutenir le gouvernement du Mali en augmentant le nombre d’enseignant(e)s qualifié(e)s et en améliorant les compétences des éducateurs/trices en conformité au profil de compétences des enseignant(e)s national et aux plans gouvernementaux.

Une attention particulière a été axée sur les questions liées au genre, en s’assurant qu’au moins un stagiaire sur cinq soit une femme. Dans les zones rurales un enseignant sur dix seulement est une femme. Malheureusement le taux d’alphabétisation des femmes fait obstacle au recrutement des femmes enseignantes, et ne peut être progressivement surmonté qu’en éduquant les filles.

Analyse des risques

La réunion a rassemblé des représentants du comité décisionnel du projet, l’IE et Oxfam Novib, pour planifier la mise en œuvre d’une nouvelle phase du projet, financé par Comic Relief. La réunion a effectué une analyse des risques que présente la situation au Mali, suite aux troubles politiques récents et a élaboré un plan de travail détaillé qui doit être mis en place d’ici 2015.

« Les fondements de l’IE reposent sur la ferme conviction  que tout enfant, quel que soit son milieu éducatif, a le droit fondamental à une  éducation de qualité dispensée par des enseignant(e)s de qualité », a déclaré Dennis Sinyolo, coordinateur senior et chef de projet.

« En outre, une éducation de qualité nécessite un investissement initial ainsi qu’une formation continue et un développement professionnel des enseignantes et enseignants. Aucun système d’éducation n’est meilleur que ses enseignants de qualité, pourtant il existe une pénurie énorme d’enseignants diplômés, surtout dans les pays en voie de développement, alors que le nombre d’enfants et d’inscriptions ne fait que croître. »

Sinyolo est convaincu que l’investissement dans des éducateurs de qualité comporte un effet multiplicateur très élevé et que par conséquent tout(e) bon(ne) enseignant(e) profite à une classe entière d’année en année. « Lorsque ces étudiants qui ont reçu une meilleure éducation deviennent parents à leur tour, ils sont susceptibles d’exiger une bonne éducation pour leurs enfants, et par là même contribuer à renforcer le système éducatif en général. Cela s’applique sans aucun doute aux filles », a-t-il déclaré.

« Par conséquent, je suis confiant que le développement et l’intensification du programme Quality-Ed au Mali reflètera notre engagement qui vise à former des éducatrices et éducateurs de qualité dans l’intérêt de tous les enfants et des communautés. »

Réunion en juillet

Afin de faire avancer le projet Quality-Ed au Mali, une réunion de recherche, de contrôle et d’évaluation se tiendra à Bruxelles en Belgique les 9 et 10 juillet. Trois études seront également entreprises d’ici 2015 : l’examen de l’achèvement des études scolaires à temps ; l’évaluation des apprentissages scolaires, au-delà des simples résultats d’examen ; et la révision des qualifications, des diplômes et des postes pour enseignant(e)s.

Pour de plus ample s renseignements sur le projet Quality-Ed d’Oxfam/IE, veuillez cliquer ici.