Ei-iE

Canada: Ecart entre les aspirations des enseignant(e)s et l’exercice de leur travail

Publié 12 juillet 2012 Mis à jour 17 juillet 2012

Selon un rapport de recherche conjoint de l’Association canadienne d’éducation (ACE) et de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) réalisé en 2012, des forces externes modifient fréquemment la façon dont les enseignants enseignent, et preuve en est qu’en-dessous de la moitié des enseignant(e)s ont rarement l’occasion d’enseigner comme ils/elles aspirent à le faire.

Le rapport intitulé,« Enseigner selon nos aspirations: aujourd’hui et demain », examine la vision des enseignant(e)s à l’égard de l’enseignement et des apprentissages dans les écoles publiques du Canada. Dans le cadre de cette recherche, plus de 200 enseignant(e)s ont participé aux séances de discussion de l’ACE d’un bout à l’autre du pays et plus de 4.700 membres du corps enseignant  ont répondu au sondage de l’enquête en ligne menée par la FCE.

Toile de fond en contraste avec le concept « d’enseignement aliéné »

« Le concept de l’enseignementaliéné, défini comme une sorte d’enseignement que les enseignant(e)s effectuent lorsqu’ils/elles estiment devoir se conformer à des conditions externes qu’ils/elles n’ont pas choisies et qu’ils/elles contestent intérieurement », brosse une toile de fond qui donne matière à réflexion.

Les commentaires recueillis après les séances de discussion ont révélé une différence entre la manière dont les enseignant(e)s souhaitaient enseigner et celle qu’on leur imposait. Presque la moitié des personnes quiont participé (49%) à ces séances ont indiqué qu’ils/elles avaient l’occasion d’enseigner comme ils/elles aspirent à le faire de temps en temps et 48% ont indiqué qu’ils/elles n’avaient qu’à l’occasion la possibilité de faire preuve de créativité dans leur enseignement.

« Pour nous, ce qui se dégage nettement de ce rapport est la mesure dans laquelle les enseignants s’épanouissent dans un cadre où abondent  les conditions externes qui leur sont imposées, a indiqué Paul Taillefer, président de la FCE, « et le fait qu’ils souhaitent simplement qu’on leur accorde le respect et la flexibilité qui leur sont  nécessaires pour prendre les meilleures décisions possibles pour  la réussite scolaire de leurs étudiants ».

Stratégies de soutien

Ce rapport définit également comment les gouvernements, l’administration scolaire et les parents peuvent soutenir de leur mieux les enseignant(e)s. Cela consiste à développer des liens de confiance, des politiques constantes et des programmes qui augmentent la flexibilité dans la salle de classe ainsi qu’une évaluation plus progressive et des politiques d’évaluation plus positives ainsi que des politiques visant à réduire l’effectif des classes.

Les enseignant(e)s ont également souligné l’importance des connaissances professionnelles et la volonté de se perfectionner par l’apprentissage tout au long de la vie, la stimulation intellectuelle, la curiosité et une prédilection pour la recherche.

Pour télécharger le rapport complet« Enseigner selon nos aspirations: aujourd’hui et demain », veuillez cliquer ici.