Ei-iE

France: Améliorer les conditions de travail des enseignant(e)s stagiaires

Publié 11 décembre 2012 Mis à jour 14 décembre 2012

Le Syndicat national des enseignements de second degré (SNES-FSU) a organisé une semaine d'action pour les stagiaires (ceux et celles reçus aux concours nationaux de recrutement et qui doivent effectuer une année de stage avant d'être titularisés) du 26 au 30 novembre.

L’enquête lancée par le SNES-FSU, l’un des affiliés nationaux de l’IE, auprès des stagiaires en octobre et ses 400 réponses confirment que, sur le terrain, les conditions d’entrée dans le métier des stagiaires enseignant(e)s et conseillers/ères principaux/ales d’éducation (CPE) sont toujours extrêmement difficiles.

Situations des enseignant(e)s stagiaires préoccupante

Elle rend compte d’une difficulténouvelle, source d’angoisse supplémentaire pour les stagiaires: les certifications de langues étrangères et informatiques, désormais exigibles pour la titularisation dans toutes les disciplines, et que ne possèdent pas près de la moitié des reçu(e)s aux concours.

Les résultats montrent que l’année de stage n’est pas une année de formation, voire pire détournecertains stagiaires des métiers de l’enseignement et de l’éducation.  De plus, la décharge de 3 heures pour les enseignants, 6 heures pour les CPE et la journée hebdomadaire de formation n’ont rien changé, explique le SNES-FSU.

Le SNES-FSU estime que l’augmentation des postes est une nécessité pour assurer la continuité du service public d’éducation.

Nécessaire soutien aux enseignant(e)s stagiaires pour les retenir

Décharger les stagiaires a un coût à la fois d’un point de vue financier mais également en terme d’heures de service assurées. Le gouvernement veut pourvoir tous les postes libérés par tous les départs à la retraite. Sans les mesures d’urgence demandées par le SNES-FSU en juin, il ne lui reste que les futurs stagiaires et admissibles du concours transitoire comme moyens d’enseignement pour que la rentrée 2013 « se passe bien ».

Pour le syndicat, comme ses prédécesseurs, le gouvernement considère qu’être en responsabilité totale sur le terrain est une formation, sans penser aux élèves qui n’auront toute l’année que ces étudiant(e)s ou stagiaires comme professeur. Le SNES demande que les enseignant(e)s et les CPE du second degré soient recruté(e)s au niveau du Master 2, par un concours qui sanctionnera leur haut niveau de qualification dans leur discipline.

Il souhaite aussi que, dès l’université, les étudiant(e)s qui souhaitent devenir enseignant(e)s ou CPE doivent pouvoir suivre des modules complémentaires de pré-professionnalisation qui permettent d’aborder leur discipline dans son champ universitaire mais aussi professionnel. Ces modules intègreraient des stages d’observation et de pratique accompagnée, afin que les champs d’études ne soient pas strictement théoriques.

Le service du stagiaire, note le SNES-FSU, doit aussi comprendre un tiers de temps de pratique d’enseignement, un tiers de temps d’observation et de dialogue avec son tuteur/sa tutrice et un tiers de temps d’apprentissages théoriques (centrés sur la pédagogie de sa discipline et la gestion de classe). Le tuteur/trice devrait par ailleurs être formé et déchargé d’une partie de son service effectuée par son/sa stagiaire pour pouvoir accompagner celui-ci/celle-ci.

Les syndicats doivent aider à attirer et retenir des enseignant(e)s dans la profession

« L’IE reconnaît le rôle décisif joué par les étudiants enseignants, les enseignants et les chercheurs débutants dans la détermination de l'avenir des enfants et des étudiants dans le domaine de l'éducation, dans le façonnement de l'avenir des syndicats d'enseignants et de l'ensemble de la profession », a indiqué le Secrétaire général de l’IE, Fred van Leeuwen.

Il ajouté : « S’il est crucial de recruter de façon intense des enseignantes et enseignants pour réaliser les Objectifs de l’Education pour Tous d'ici 2015, il convient de leur assurer une formation de qualité et des débuts réussis dans la profession, afin de les retenir dans la profession. Cela passe principalement par un bon environnement de travail, ainsi que le soutien et l'orientation fournis par de leurs collègues plus expérimentés. »

Pour en savoir plus sur l’enquête du SNES concernant les enseignant(e)s stagiaires, veuillez cliquer ici.