Ei-iE

Quinze ans de lutte contre le travail des enfants

Publié 17 janvier 2013 Mis à jour 18 janvier 2013

Il y a quinze ans, le 17 janvier 1998, la Marche mondiale contre le travail des enfants a entamé une marche physique de 80.000 km, lorsque des milliers de personnes se sont rassemblées pour mettre en avant de manière conjointe le message contre le travail des enfants et l’esclavage. Composée de l'Internationale de l'Education, de syndicats, d'organisations d'enseignants, d'organisations de défense des droits de l'enfant et d'enfants, la marche a traversé 103 pays en réalisant d'importantes activités de sensibilisation en vue de l'éradication du travail des enfants.

En 1998, l'état de la protection des enfants contre l'exploitation, la traite et l'esclavage était bien différent de ce qu'il est aujourd'hui. Le travail des enfants en soi n'était pas reconnu, tant sur le plan social que politique, et était considéré comme acceptable et comme la norme pour les enfants issus de milieux défavorisés et vulnérables. Par ailleurs, en dépit de l'omniprésence du travail des enfants à travers le globe - soit quelque 250 millions d'enfants travailleurs -, il n'y avait pas de législation internationale pour s'attaquer au problème, ni de campagne collective pour faire pression en faveur de son éradication. Mais, la Marche mondiale qui a débuté avec un petit groupe de partenaires motivés et a été rejointe ensuite par beaucoup d'autres, au cours des 15 dernières années, a contribué à mettre en place des changements significatifs.

La marche mondiale physique de 1998 a conduit à la toute première campagne mondiale visant à éradiquer le travail des enfants, qui a facilité la formulation du tout premier instrument international relatif au travail des enfants, adopté par l'Organisation internationale du Travail (OIT), à savoir la Convention N° 182 sur les pires formes de travail des enfants. Cette Convention a été ratifiée par 177 pays en un minimum de temps.

Précédemment, il y avait un manque de cohérence politique et de compréhension du lien existant entre le travail des enfants et la pauvreté et l'éducation. Mais au cours des années, un changement de paradigme a eu lieu concernant l'approche adoptée vis-à-vis du travail des enfants. Celui-ci a été reconnu comme problème socioéconomique ayant des liens avec d'autres questions de développement. En 2005, le Groupe de travail mondial sur le travail des enfants et l'Education pour Tous a été établi avec la Marche mondiale, l'Internationale de l'Education, l'OIT, l'UNICEF, l'UNESCO et la Banque mondiale comme membres fondateurs, pour travailler sur les liens entre l'abolition du travail des enfants et l'éducation pour tous. Ces travaux ont abouti à la reconnaissance du travail des enfants comme obstacle à la réalisation des objectifs de l'Education pour Tous, de l'enseignement primaire universel et d'autres Objectifs du Millénaire pour le développement.

« L'Internationale de l'Education et ses organisations membres sont des supporters engagés de la lutte internationale contre le travail des enfants. Depuis la fondation de la Marche mondiale contre le travail des enfants, il y a 15 ans, les enseignants et leurs organisations sont au cœur de l'Education pour Tous et des initiatives pour l'élimination du travail des enfants, et continueront à soutenir ces causes », a dit Susan Hopgood, Présidente de l'Internationale de l'Education, un des membres fondateurs de la Marche mondiale.

Vous pouvez lire le communiqué de presse de la Marche mondiale contre le travail des enfants dans son intégralité ici

Pour en savoir davantage sur le travail de l'Internationale de l'Education contre le travail des enfants, veuillez cliquer ici

Plus d'informations sur la Marche mondiale contre le travail des enfants sont disponibles ici

Vidéo de l'IE pour les éducateurs/trices syndicaux/ales: Non au travail des enfants ! Oui à l’éducation!