Ei-iE

Sénégal: ateliers syndicaux contre le travail des enfants

Publié 7 juin 2013 Mis à jour 14 juin 2013

L’IE a lancé les 3 et juin à Dakar, au Sénégal, les ateliers Le rêve d’Omar visant à discuter de la contribution des syndicats d’enseignants au développement de zones exemptes de travail des enfants dans cinq pays: Ghana, Mali, Maroc, Ouganda et Sénégal. Le projet doit durer seize mois, de mars 2013 à juin 2014.

Etait présente Marième Sakho Dansokho, Secrétaire Générale du SYPROS et membre du Bureau exécutif de l’IE.

L’éducation de qualité doit aller de pair avec un égal accès à l’école pour toutes et tous

Elle a rappelé que « l'élimination du travail des enfants et l'amélioration de la qualité de l'éducation sont étroitement imbriqués – le premier ne se fera pas sans la seconde - et les enseignantes et enseignants, les éducatrices et éducateurs et leurs organisations ont une contribution essentielle et particulière à faire à l'élimination du travail des enfants comme le font les politiciens, les responsables de gouvernements, les employeurs et les institutions financières internationales ».

Elle a ajouté que l’IE et ses affiliés étaient également prêts à célébrer la Journée mondiale de lutte contre le travail des enfants le 12 juin à travers le monde.

Sensibilisation et création de zones exemptes du travail des enfants

Le projet poursuit les objectifs principaux suivants:

•             Permettre aux syndicats d'enseignants dans les cinq pays de se joindre à la coalition déjà existante dénommée « le Rêve d’Omar » pour créer des zones exemptes du travail des enfants;

•             Renforcer la capacité des syndicats d’enseignants en vue d'influencer les progrès vers l'élimination du travail des enfants grâce à l'encadrement et à l'échange;

•             Sensibiliser sur le travail des enfants et l'importance de l'éducation aux niveaux local, régional, national et international.

Afin d'atteindre ses objectifs, le projet comprend quatre volets:

  1. Des ateliers nationauxpour permettre aux syndicats d'enseignants qui se joignent aux coalitions existantes de se familiariser avec le projet  « le Rêve d’Omar », de discuter et de s'engager sur les lignes directrices du projet, aux mesures et communication convenues et aux résultats attendus.
  2. Un atelier sous-régionalpour permettre aux coordinateurs nationaux des cinq pays ciblés pour échanger leurs expériences. L'atelier sous-régional sera organisé après que tous les ateliers nationaux d'évaluation aient eu lieu.
  3. La participation à des conférences et aux programmes d'échanges visant à encadrer et à partager les bonnes pratiques. La participation à la Conférence internationale « Hors-du-Travail – et à l’Ecole »: œuvrer en faveur des Zones exemptes du Travail des Enfants (Ouganda, du 18 au 19 avril 2013).

Les participant(e)s à l’atelier ont réitéré que l’éducation et le travail des enfants sont inextricablement  liés. La prévention et l'élimination du travail des enfants et l'amélioration de la disponibilité et de la qualité de l'éducation sont des facteurs clés pour développer des zones exemptes du travail des enfants, des zones où tous les enfants vont à l'école et n’ont plus à travailler.

En général, l'augmentation du travail des enfants va de pair avec la baisse du financement de l'éducation et avec un manque de politiques visant à promouvoir l'intégration des personnes exclues du système éducatif.

Enseignant(e)s, acteurs/trices clés dans la lutte contre le travail des enfants

Au Ghana, au Mali, au Maroc, au Sénégal et en Ouganda, les enseignants, à travers leurs syndicats, sont bien placés pour lutter contre le travail des enfants pour diverses raisons. Les enseignants sont en contact quotidien avec les enfants (des enfants travailleurs, des anciens enfants travailleurs et des enfants à risque) afin qu'ils puissent facilement suivre leur évolution. Ils peuvent leur parler pour leur expliquer combien il est important d’aller à l'école, de finir leurs études ; et le danger que représente le travail des enfants pour eux et pour leur avenir. Réduire le nombre d'enfants qui abandonnent l'école contribuera aussi à réduire considérablement l'incidence du travail des enfants dans un milieu particulier.

Egalement, les enseignants, en tant que syndicalistes, peuvent jouer un rôle décisif dans l'élaboration des politiques éducatives nationales. En tant que partenaires sociaux, les syndicats d’enseignants «doivent être consultés dans le processus d'élaboration des politiques éducatives. Les enseignants sont donc parmi les principaux défenseurs des améliorations législatives et de politiques dans les systèmes d'éducation, y compris le renforcement des politiques nationales sur le travail des enfants à travers la promotion de l'enseignement obligatoire, l'accès universel, l'éducation gratuite et de qualité pour tous, ou bien mener leur défense des programmes de soutien.

La Résolution de l’IE sur le travail des enfants adoptée lors de son 6e Congrès mondial en 2011 est disponible ici.