Ei-iE

Géorgie: campagne nationale pour l'éducation de qualité

Publié 14 novembre 2013 Mis à jour 12 décembre 2013

A l'occasion de la Journée mondiale des enseignant(e)s du 5 octobre, le syndicat libre des éducateurs/trices et des scientifiques de Géorgie (ESFTUG), l'un des affiliés nationaux de l'IE, a lancé une campagne menée par les enseignant(e)s pour l'éducation de qualité et intitulée « Préserver le passé et privilégier le présent pour un meilleur avenir ». Cette campagne visant à faire entendre la voix des enseignant(e)s géorgien(ne)s au niveau national, est reliée à l'initiative globale de l'IE « Uni(e)s pour l'éducation: une éducation de qualité pour un monde meilleur ».

Des membres de l'ESFTUG venu(e)s de tout le pays ont assisté au lancement: enseignant(e)s, représentant(e)s d'organisations de la société civile, associations d'enseignants, représentant(e)s du procureur public, employeurs et autres parties prenantes concernées du secteur. L'événement, largement relayé par les médias, visait à attirer l'attention du grand public.

Cette campagne des enseignant(e)s géorgien(ne)s souligne le rôle crucial que les enseignant(e)s ont joué dans la réalisation d'une éducation de qualité et l'histoire du mouvement syndical au début du 20e siècle.

Le rôle des enseignant(e)s dans l'histoire de la Géorgie

Une exposition portant sur l'ère de l'indépendance de la Géorgie illustre comment les enseignant(e)s en particulier ont combiné leurs efforts pour réclamer l'accès à une éducation de qualité dans les zones rurales du pays, tout en s'organisant en syndicats. Les documents ont été sélectionnés en étroite collaboration avec la Bibliothèque parlementaire nationale de Géorgie.

C'est au cours de cette période antérieure à l'Union soviétique que l'ESFTUG a été créé. Un livret spécial a été réalisé pour expliquer l'histoire du mouvement syndical et le rôle des enseignant(e)s dans la société. Ces histoires permettent de promouvoir les activités des jeunes et de les inscrire dans le cadre d'un mouvement global mené par les éducateurs/trices. Il va de soi que l'ESFTUG est particulièrement fier de retracer ses 107 années d'histoire.

De meilleurs salaires et un respect pour les droits des enseignant(e)s

« L'augmentation du budget consacré à l'éducation n'est pas la seule manière pour réaliser une éducation de qualité, » a déclaré Maia Kobakhidze, la Présidente de l'ESFTUG, dans son discours d'ouverture. « Nous demandons que les salaires des enseignantes et enseignants atteignent un niveau correct. Nous demandons le respect des droits syndicaux, sociaux et légaux des enseignantes et enseignants. »

Elle a également demandé au gouvernement d'assurer que les réformes éducatives soient mises en œuvre en étroite coopération avec les représentant(e)s des enseignant(e)s. Elle a en outre précisé que les salaires des enseignant(e)s doivent être alignés à court terme sur ceux des employé(e)s du secteur public. A long terme, les salaires du secteur de l'éducation doivent faire l'objet d'une négociation avec une participation syndicale, conformément à la Loi sur l'éducation générale, a-t-elle ajouté.

L'ESFTUG espère que pour le 5 octobre 2014, la Journée mondiale des enseignant(e)s sera reconnue en Géorgie comme une journée en l'honneur des enseignant(e)s.

IE: la lutte historique toujours de mise

« Nous voulons féliciter nos collègues de Géorgie d'avoir uni leurs forces dans le cadre de notre campagne Uni(e)s pour l'éducation en continuant la lutte historique pour une éducation gratuite de qualité pour toutes et tous, » a déclaré Martin Rømer, Directeur du Comité syndical européen de l'éducation (CSEE), la région européenne de l'IE. « Les autorités nationales en Géorgie, en Europe et dans le monde entier doivent prendre leurs responsabilités pour assurer la meilleure éducation possible, ce qui implique d'offrir aux enseignantes et enseignants un statut social fort et des conditions de travail et de vie décentes. »