Ei-iE

Promotion de l’éducation de la petite enfance de qualité: les progrès de l’IE

Publié 20 novembre 2013 Mis à jour 22 novembre 2013

Avec le soutien de son Groupe de travail sur l’Education de la petite enfance (EPE), l’IE a pris des initiatives pour promouvoir une éducation de la petite enfance de qualité et de meilleures conditions de travail pour le personnel travaillant dans ce secteur.

Le Groupe de travail sur l’EPE, réuni à Genève la semaine dernière, a fourni des conseils à l’IE pour la mise en œuvre de sa stratégie pour l’EPE, principalement au travers de ses recherches, du partage de l’information et du plaidoyer. Des groupes de travail régionaux ont été créés en Afrique, en Asie-Pacifique et en Amérique latine pour aider l’IE à promouvoir des services d’EPE de qualité pour tous les enfants et de meilleures conditions de travail pour les éducateurs/trices de ce secteur. Ces nouveaux groupes viennent suppléer le Groupe de travail européen établi en 2005.

Progrès et défis

Au cours de la réunion, à laquelle participaient également des représentant(e)s des groupes de travail régionaux, les participant(e)s ont mis en exergue les progrès réalisés dans la promotion de l’EPE de qualité, ainsi que les problèmes auxquels reste confronté le secteur. Si de nos jours beaucoup plus d’enfants bénéficient de l’EPT par rapport à il y a une dizaine d’années, le taux d’inscription brut en préprimaire reste très peu élevé (48 pour cent). Ce pourcentage est au plus bas dans les pays arabes et Afrique subsaharienne, où il n’atteint que 22 et 17 pour cent respectivement.

Les participant(e)s à la réunion ont exprimé leurs inquiétudes face à la promotion généralisée des services privés d’EPE, qui demeure l’un des obstacles les plus importants à l’équité, l’égalité et la qualité. Ils/elles ont également souligné avec insistance la nécessité d’offrir des services d’EPE publics, accueillant en particulier les plus jeunes enfants.

Dans le cadre plus large de la campagne Uni(e)s pour l’éducation de qualité, les participant(e)s ont identifié la syndicalisation et la mobilisation comme étant des priorités majeures pour le secteur de l’EPE. Ils/elles ont précisé que la syndicalisation du personnel de l’EPE pouvait contribuer à promouvoir le travail décent dans ce secteur.

Directives pour des conditions de travail décentes

Les membres du Groupe de travail ont également participé à la réunion des expert(e)s de l’Organisation internationale du travail (OIT), convoquée pour discuter de ses Directives politiques relatives à la promotion de conditions de travail décentes pour les éducateurs/trices du secteur de la petite enfance. Ces Directives politiques, approuvées lors de la réunion, définissent des principes pour la promotion de conditions de travail décentes pour le personnel de l’EPE, en tant que moyen de garantir l’accès à des services de haute qualité. Ils couvrent les conditions de travail et d’emploi du personnel de l’EPE ainsi que des problèmes connexes, tels que le financement du secteur, les programmes scolaires et les pratiques en matière d’apprentissage, le dialogue social, l’éthique professionnelle et la gouvernance. Les Directives politiques seront présentées lors de la prochaine réunion de l’instance dirigeante de l’OIT, pour examen et adoption.

IE: un outil pour les activités de plaidoyer

Saluant le développement des Directives politiques de l’OIT, le Secrétaire général de l’IE, Fred van Leeuwen a déclaré: « Si elles sont adoptées, les Directives de l’OIT deviendront un outil important pour les activités de plaidoyer menées par l’IE et les syndicats. Elles représenteront également un document de référence clé pour permettre aux gouvernements de définir, élaborer, réviser et mettre en œuvre des politiques complètes en matière d’EPE. » Van Leeuwen a félicité le Groupe de travail pour le soutien apporté aux travaux de l’IE dans le domaine de l’EPE et a demandé instamment aux organisations membres de recruter et de syndicaliser les professionnel(le)s de ce secteur.