Ei-iE

Allemagne: les syndicats désapprouvent la standardisation des tests

Publié 16 mai 2014 Mis à jour 23 mai 2014

Les affiliés allemands de l'IE, le Gewerkschaft Erziehung und Wissenschaft (GEW) et le Verband Bildung und Erziehung (VBE), s'associent au Grundschulverband (GSV) dans leur critique de l'étude VERgleichsArbeiten (VerA) qui compare le travail des étudiant(e)s de troisième et de huitième année.

Ces études comparatives sont rédigées sur la base de tests complets en fonction de l'âge des étudiant(e)s et tentent de définir au niveau national quelles compétences les étudiant(e)s ont acquises à un moment précis, sans toutefois tenir compte des contextes culturel et social. Ce type de contrôle vise à orienter les compétences et à renforcer le système éducatif. La dernière série de tests VerA en date a commencé le 13 mai.

Mettre fin à l'épidémie de tests dans les écoles.

« Les écoles ont besoin de soutien, pas de tests chroniques », ont déclaré les syndicats dans un communiqué de presse conjoint publié le 5 mai. « Le VerA va à l'encontre de l'inclusion. Ce type d'étude comparative à l'échelle nationale exacerbe la pression de la performance et représente un poids pour les enseignantes et enseignants et les étudiantes et étudiants, sans élargir l'inclusion. »

Le document souligne également qu'« une bonne école est un lieu d'apprentissage et de vie commune, qui offre aux enfants et aux jeunes une éducation complète et les meilleures possibilités de développement. La qualité ne doit donc pas se réduire à une mesure standardisée des performances. »

GEW: aucune preuve de l'efficacité des tests

Marlis Tepe, la Présidente du GEW, doute de la valeur des tests standardisés. « Nous dépensons beaucoup d'argent pour mesurer l'assurance qualité et nous ne savons toujours pas si cela fonctionne, encore moins comment »,a-t-elle déclaré.

« L'impact du VerA sur la qualité dans les écoles n'a jamais été évalué par des chercheurs indépendants », a-t-elle ajouté. « Le VerA constitue une importante charge de travail supplémentaire pour les enseignantes et enseignants et pourtant l'abondance de données n'aide pas à créer des cadres de soutien efficaces dans les écoles. »

Une récente étude pilote du GEW montre que plus de 70 pour cent des collègues ne perçoivent aucun avantage des études VerA dans leur travail quotidien. Moins de la moitié des répondant(e)s ont utilisé les résultats dans le cadre de processus de développement à l'école.

VBE: un impact négatif sur la qualité de l'éducation

Le VBE se montre tout aussi critique. « Le VerA réduit la mission éducative des écoles », a déclaré le Président national du VBE, Udo Beckmann. « Les mesures des résultats dans deux matières ne suffisent pas à faire des déclarations sérieuses sur le développement scolaire. Dans le pire des cas, les résultats des tests ignorent la situation de l'établissement scolaire et démotivent la communauté enseignante. »

A ce jour, aucun des tests VerA n'a permis d'améliorer les conditions du personnel d'encadrement, d'élargir les possibilités de soutien individuel des étudiant(e)s, ni d'accroitre les possibilités de formation pour les collègues, a-t-il déclaré.

Beckmann qualifie de paradoxe le fait que le VerA exige un travail supplémentaire important de la part des enseignant(e)s: c'est un gaspillage de ressources qui seraient plus utiles dans le développement d'écoles et de cours.

IE: La voix des enseignant(e)s doit être entendue

« Les enseignantes et enseignants et leurs représentantes et représentants syndicaux doivent avoir leur mot à dire quant à leur méthode de travail et à la manière d'évaluer leurs écoles et leurs étudiantes et étudiants », a déclaré Fred van Leeuwen, Secrétaire général de l'IE. « Garantir la  qualité est important, mais les méthodes d'évaluation ne doivent pas être envahissantes ».