Ei-iE

Haïti: un accord promeut l’éducation de qualité

Publié 2 juin 2014 Mis à jour 2 juin 2014

Suite à plus de deux semaines de grève et de manifestations à l’échelle nationale, un accord a été signé entre le Ministère de l’Education nationale et de la formation professionnelle (MENFP) et la Plateforme haïtienne des organisations éducatives, dont fait partie l’Union nationale des normaliens d'Haïti (UNNOH) affiliée à l’IE.

A l’appel de la Plateforme haïtienne des organisations éducatives, les enseignant(e)s, les élèves et les étudiant(e)s étaient dans les rues au niveau de presque toutes les villes du 28 avril au 13 mai en vue d’exiger des autorités publiques la satisfaction des revendications suivantes:

  • Le paiement intégral et immédiat de tous les arriérés de salaire, la nomination des enseignants en poste et des étudiant(e)s terminant leur formation au sein des écoles normales;
  • Un salaire minimum de cinquante mille gourdes (environ 840 euros), comme indiqué dans le Rapport final du colloque de l’UNNOH, et des avantages sociaux pour tous les enseignant(e)s;
  • Une loi définissant le statut de l’enseignant(e), la publication et l’application de la loi sur le Fonds national de l’Education après sa correction et son vote au niveau du Parlement;
  • Trente-quatre pour cent du budget national pour l’éducation (30 pour cent pour les niveaux préscolaire, fondamental, professionnel et secondaire et 4pour cent au moins pour l’enseignement supérieur public qui n’a actuellement que 0,55 pour cent seulement);
  • Des conditions décentes de travail au niveau des différents établissements scolaires;
  • La participation des syndicats d’enseignants au Conseil d’administration de l’Assurance et la remise de la carte d’assurance aux assuré(e)s;
  • La promotion d’un véritable système d’éducation publique de qualité afin d’assurer effectivement l’accès gratuit à l’éducation;
  • La réalisation, au niveau des établissements scolaires et universitaires, d’une réelle campagne de vaccination contre le choléra qui continue à tuer quotidiennement et la mise en branle, par l’ONU et le gouvernement de tout un ensemble de mesures en vue de son éradication;
  • La mise en place au niveau de tous les établissements scolaires et universitaires de cafétéria afin de garantir un plat chaud à tous les élèves, étudiant(e)s, enseignant(e)s et autres personnels; et
  • La prise à court, moyen et long terme  de mesures concrètes de protection de l’environnement, ainsi que la promotion de l’éducation à l’environnement.

« Cet accord a été arraché dans le feu du combat, au prix d’une rude et difficile lutte qui ne fait que commencer, car son application sera le résultat d’une lutte permanente encore plus difficile », a prévenu le Coordonnateur général de l’UNNOH Josué Mérilien.

IE: l'accord doit être appliqué

Le Secrétaire général de l’IE Fred van Leeuwen a accueilli très favorablement cet accord intervenu: « Nous félicitons nos collègues haïtiens pour avoir su conclure cet important accord pour garantir une éducation de qualité. Et nous appelons le Gouvernement d’Haïti à veiller à la bonne application de cet accord.  »