Ei-iE

Japon: les enseignant(e)s doivent être au centre de l'éducation au développement durable

Publié 13 novembre 2014 Mis à jour 18 novembre 2014

Le rôle fondamental des enseignant(e)s dans la mise en œuvre d'une éducation de qualité a été le principal message transmis par l'Internationale de l'Education (IE) aux plus de 1.100 délégué(e)s présent(e)s à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'éducation en vue du développement durable à Aichi-Nagoya (Japon) du 10 au 12 novembre.

La Présidente de l'IE Susan Hopgood a applaudi les efforts de l'UNESCO visant à promouvoir l'éducation au développement durable (EDD), étant donné le rôle essentiel de l'éducation dans le développement durable et le plein épanouissement des enfants, des jeunes et des adultes.

Durant la séance plénière d’ouverture de la Conférence, Hopgood a décrit quelques mesures positives prises par l'ONU afin de promouvoir l’EDD. L’une d’elles a été la Conférence Rio+20 à Rio de Janeiro, au Brésil, en 2012, où les Etats membres des Nations Unies ont convenu de promouvoir l'éducation au développement durable. Ils ont également accepté d'intégrer plus activement le développement durable dans l'éducation au-delà de la Décennie des Nations Unies pour l'éducation au service du développement durable, qui s’achève cette année.

« Il est encourageant de noter que l'EDD a été incluse aussi bien dans les recommandations relatives aux objectifs de développement durable après 2015 du Groupe de travail ouvert de l’ONU que dans l’Accord de Muscat de l'UNESCO », a déclaré Hopgood. « Il est capital de s'assurer du maintien de l'EDD dans les cadres éducatif et développemental finaux après 2015. »

Initiatives de l'IE

Hopgood a souligné les initiatives récentes mises sur pied par l'IE et ses membres, des établissements d'enseignement et des éducatrices/teurs en vue de promouvoir l’EDD. « A travers la campagne Uni(e)s pour une éducation de qualité, nous avons défendu une vision globale de l'éducation de qualité qui englobe des enseignantes et enseignants de qualité, des outils de qualité et des environnements de qualité. »

Les membres de l'IE ont fait pression au niveau mondial sur les gouvernements afin de préserver la planète, a-t-elle ajouté. Et ils continuent de promouvoir des politiques, programmes et actions d’EDD centrés sur les priorités de la Décennie des Nations Unies pour l'éducation au service du développement durable par l’écologisation des écoles, de la recherche et du développement professionnel, entre autres.

Cependant, a constaté Hopgood, le niveau insuffisant de formation des enseignant(e)s, de développement professionnel et de soutien, ainsi que le calendrier d’essai très serré avancé par les gouvernements de plusieurs pays comptent parmi les principaux obstacles à la mise en place d’une éducation au développement durable.

Calendrier serré en matière d'éducation

Et d’ajouter: « Les comptes que doivent rendre les enseignantes et enseignants, dans un esprit très compétitif, d’examens et de publication de classements, poussent souvent ceux-ci à enseigner ‘dans l’optique des examens’ et les écoles à se focaliser davantage sur les matières d’examens, délaissant des sujets aussi importants que l’EDD. »

Pour Hopgood, au lieu d’encourager l’esprit de compétition, les gouvernements devraient promouvoir la collaboration et une vision large de l'éducation de qualité portant sur le plein épanouissement de l'individu et de la société.

Soutien à l’enseignement de l’EDD

En collaboration avec la Chaire de l’UNESCO sur la réorientation de la formation des enseignant(e)s vers le développement durable et le Centre Asie-Pacifique d'éducation pour la compréhension internationale, l'IE a organisé un atelier sur la formation des enseignant(e)s et l’EDD. Les débats, animés par Dennis Sinyolo, Coordinateur senior de l’IE, ont évoqué la contribution de la formation des enseignant(e)s à l'EDD et débouché sur des recommandations de politiques publiques de soutien des enseignant(e)s afin d'améliorer l'enseignement de l'EDD. Les recommandations portaient entre autres sur la recherche, la pédagogie, la formation initiale des enseignant(e)s, leur formation continuée et leur soutien.

Priorités futures en matière d’EDD

La Décennie des Nations Unies pour l'éducation au service du développement durable, dont l'UNESCO est l’institution chef de file, a débuté en 2005. En 2013, la 37e Conférence générale de l'UNESCO a approuvé un Programme d'Action global pour l'EDD, afin de faire suite à la Décennie des Nations Unies. Ce programme s’articule autour de cinq priorités: politiques de soutien, approches institutionnelles globales, éducatrices et éducateurs, jeunes et collectivités locales. La Conférence de Nagoya a réaffirmé l’importance de l’EDD et a appelé les gouvernements et les partenaires à mettre le programme en œuvre.

Pour lire la Déclaration d’Aichi-Nagoya (en anglais), cliquez ici.