Ei-iE

Rapport de l'OCDE: l'éducation, clé de la relance économique

Publié 10 décembre 2014 Mis à jour 16 décembre 2014

Les statistiques ne mentent pas dans la dernière étude de l'OCDE, qui impute principalement au manque d'investissement dans l'éducation, la montée des inégalités qui pèsent sur les économies et ralentissent la croissance dans le monde entier.

Selon l' Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE), le fossé socio-économique grandissant pèse actuellement de façon « statistiquement marquée » sur la croissance économique. Afin d'endiguer ce fléau, l'OCDE exhorte les gouvernements à investir davantage dans l'éducation des ménages pauvres.

« Ces éléments indiscutables montrent à quel point il est crucial de s’attaquer à l’aggravation des inégalités si l’on veut favoriser une croissance forte et pérenne, et combien il importe de placer cette question au premier plan des débats sur l’action à mener », a déclaré le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría. « Ce sont les pays qui œuvrent à l’égalité des chances dès le plus jeune âge qui parviendront à relever le défi de la croissance et de la prospérité. »

Le rapport révèle qu'entre 1990 et 2010, le creusement des inégalités a coûté plus de 10 points de croissance au Mexique et à la Nouvelle-Zélande, contre 9 au Royaume-Uni, et près de 7 points aux Etats-Unis.

L’éducation est la clé

Le rapport indique clairement que l'éducation constitue la clé pour renverser ces inégalités.

L'OCDE considère que le creusement des inégalités est principalement imputable au manque d'investissement dans l'éducation. Ce rapport révèle que la classe moyenne inférieure pâtit d'une « éducation moyenne » et d'opportunités moindres en matière d'éducation, ce qui vient exacerber le creusement des inégalités.

L'étude indique également que les résultats scolaires des enfants « dont les parents ont un faible niveau d’instruction se dégradent à mesure que les inégalités de revenu sont plus prononcées », ce qui limite la mobilité sociale et le développement des compétences. Cependant, il n'en va pas de même lorsque le niveau d’instruction parental est plus élevé.

La dure loi des statistiques

-          Jamais en 30 ans le fossé entre riches et pauvres n’a été aussi prononcé dans la plupart des pays de l’OCDE.

-          Le revenu des 10 pour cent de la population les plus riches est 9,5 fois plus élevé que celui des 10 pour cent les plus pauvres. Il y a 30 ans, il n'était que 7 fois supérieur.

-          L'OCDE n'a constaté une amélioration des inégalités qu'en Grèce et en Turquie.