Ei-iE

Nouveaux bureaux pour le syndicat ukrainien de l’éducation: un espoir pour la communauté enseignante

Publié 3 mars 2015 Mis à jour 4 mars 2015

Grâce à la solidarité et au soutien financier, les enseignant(e)s d’Ukraine ont retrouvé un lieu pour abriter leur syndicat, une lueur d’espoir dans le conflit qui divise actuellement le pays.

Après l’incendie qui a détruit les bureaux du syndicat à Kiev, il y a un an, durant les violents affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, plusieurs centaines de membres du Syndicat ukrainien des employés de l’éducation et de la science (STESU) se sont retrouvés complètement démuni(e)s, sans savoir où aller pour réinstaller leur syndicat.

Aujourd’hui, la situation s’améliore, suite à la signature d’un accord par le syndicat pour occuper de nouveaux bâtiments, payés avec l’aide du fonds de solidarité créé par l’Internationale de l’Education (IE) et sa région européenne, le Comité syndical européen de l’éducation (CSEE).

Le Président du STESU, Georgiy Trukhanov, a adressé un courrier au Secrétaire générale de l’IE, Fred van Leeuwen, et au Directeur du CSEE, Martin Rømer, pour exprimer sa reconnaissance au nom de son syndicat pour l’aide financière accordée par les deux organisations.

Enseignant(e)s, élèves et toute la nation ukrainienne portent les stigmates de la guerre, de l’occupation et de la crise économique dramatique qui en découle. La solidarité internationale et le soutien dont nous avons bénéficié nous ont montré que nous ne sommes pas seuls dans cette situation, écrit Trukhanov.

Le fonds de solidarité a été lancé en mars dernier, au moment où l’IE et le CSEE ont mobilisé leurs membres pour venir en aide à leurs collègues ukrainiens. Le même mois, l’IE a mené une mission internationale en Ukraine pour aider le STESU à trouver de nouveaux bureaux et encourager ses propres membres à passer à l’action.

« Bien que les enseignantes et enseignants ukrainiens soient encore loin de pouvoir vivre en sécurité et que le conflit soit loin de s’achever, l’acquisition de nouveaux bureaux aidera le STESU à répondre à cette situation difficile », a expliqué Rømer, en ajoutant que la poursuite des actions de solidarité était nécessaire pour aider le syndicat à affronter les principaux défis qui l’attendent.

La perte de ses bureaux en février de l’an dernier ne représente que l’un des obstacles auxquels sont confrontés le STESU, les enseignant(e)s qu’il représente et l’ensemble de la nation ukrainienne. Outre la grande instabilité politique engendrée par l’opposition au gouvernement et l’annexion de la Crimée, le secteur de l’éducation était également menacé par une coupe budgétaire de 20 pour cent, une diminution des salaires et une augmentation du temps de travail. Toutefois, malgré ce contexte difficile, le syndicat est parvenu à s’imposer et à empêcher les coupes budgétaires.