Ei-iE

Népal: la communauté enseignante a plus que jamais besoin d’aide

Publié 19 mai 2015 Mis à jour 1 juin 2015

La semaine dernière, l’Internationale de l’Education a eu l’occasion de constater sur le terrain les ravages causés au Népal par les deux puissants séismes qui ont frappé le cœur du pays, laissant derrière eux des communautés ruinées et des vies marquées à jamais.

Pourtant, malgré les dégâts et les craintes de voir la terre trembler à nouveau, la profonde détermination du peuple a fortement marqué la délégation de l’IE, emmenée par son Secrétaire général Fred van Leeuwen. Nulle part ailleurs cette volonté de se relever ne s’est autant fait ressentir qu’au sein de la communauté enseignante.

Soixante-six enseignant(e)s et membres du personnel de soutien à l’éducation ont perdu la vie suite aux séismes, tandis qu’un nombre incalculable d’autres personnes ont vu leur vie brusquement basculer. Nombreux/euses sont ceux/celles qui ont perdu leur toit, leurs ami(e)s, leur famille.

Les écoles endommagées étant interdites d’accès et celles sécurisées servant de refuge, le gouvernement a décidé de suspendre toutes les activités scolaires au moins jusqu’au 1er juin. Suite à la fermeture des écoles, 950.000 élèves sont privé(e)s de lieu d’apprentissage. Dans ce contexte périlleux, l’on craint même que cette situation n’ouvre la voie à l’arrivée d’écoles privées à but lucratif venant remplacer les écoles publiques transformées en abri.

Malgré la difficulté de la situation, les enseignant(e)s du pays n’ont pas hésité à venir en aide à leurs collègues et à leurs concitoyen(ne)s.

Au cours de sa mission, la délégation de l’IE a pu visiter six écoles et s’entretenir avec des enseignant(e)s et des membres de la direction, qui s’efforcent de remettre leurs écoles sur pied.

·         à Katmandou

l’école privée Rupak Memorial et les écoles publiques Adarsha Kanya et Nava Adarsh

·         à Khokana

l’école publique Rudrayani

·         à Bhaktapur

les écoles publiques Tri-Padma et Sharada

Bien que certaines écoles soient encore opérationnelles, la plupart d’entre elles ont été fortement endommagées et ne sont pas en mesure d’accueillir leurs élèves.

La délégation a également rencontré les responsables des trois syndicats affiliés à l’IE - NNTA, NTA et ISTU - ainsi que des représentant(e)s de la CNT, la confédération des enseignant(e)s.

Les affiliés ont signalé à l’Internationale de l’Education que l’ensemble de leurs membres avaient convenu de faire don de cinq jours de salaire, soit six millions de dollars américains, en vue d’alimenter le fonds de secours du Premier ministre. Les membres ont également fait don d’un jour de salaire supplémentaire pour venir en aide à leurs collègues.

« Je suis tellement fier de voir nos membres réagir aussi vite », a déclaré van Leeuwen au cours de sa réunion avec les responsables syndicaux à Katmandou. « C’est remarquable », a-t-il ajouté. La réunion, qui a également accueilli la Ministre népalaise de l’Education, Mme Chitra Lekha Yadav, s’est penchée sur les besoins les plus urgents des syndicats et sur la répartition adéquate du fonds de solidarité. La ministre a félicité les syndicats pour avoir mis en place des initiatives conjointes en vue de trouver des solutions, plutôt que d’attendre l’aide du gouvernement, qui s’avère insuffisante.

La NTA, la NNTA et l’ISTU ont convenu de fixer les priorités suivantes dans le cadre du programme d’aide et de solidarité de l’IE:

·         Aide aux familles des 62 enseignant(e)s et qui ont perdu la vie au cours des deux séismes du 25 avril et du 13 mai et aux enseignant(e)s et membres du personnel de soutien à l’éducation dont le domicile a été détruit

·         Programmes d’encadrement post-traumatique destinés au personnel enseignant et aux élèves

·         Restauration et reconstruction des bâtiments syndicaux

Les priorités étant axées sur une autonomisation des membres pour leur permettre de venir en aide à leurs élèves, il incombe au gouvernement de rechercher des solutions adéquates pour restaurer ou reconstruire les 6.900 écoles déclarées officiellement endommagées ou détruites.

Le pays mettra du temps à se relever. C’est pourquoi l’Internationale de l’Education demande de contribuer au Fonds d’aide et de solidarité pour venir en aide aux syndicats népalais de l’éducation, à leurs membres et aux élèves:

Internationale de l’Education

Banque ING

Avenue Marnix 24, B-1000 Bruxelles, Belgique

IBAN: BE05 3101 0061 7075

Compte: 310-1006170-75

SWIFT: BBRUBEBB

Communication: Solidarité Népal

Pour de plus amples informations, veuillez contacter Nicolas Richard, Coordinateur sénior de l’IE, Solidarité et Développement: [email protected]