Ei-iE

RDC: promouvoir une éducation et des enseignant(e)s de qualité

Publié 9 septembre 2015 Mis à jour 29 septembre 2015

En République démocratique du Congo, les syndicats d’enseignants ont participé à un atelier de deux jours organisé à Kinshasa, à l’initiative du Ministère de l’Education, visant à souligner l’importance d’une éducation et d’enseignant(e)s de haute qualité.

Tout au long de ces deux « journées de responsabilité », organisées les 24 et 25 août derniers, trois organisations membres de l’Internationale de l’Education (IE) – la Centrale de l’Education Nationale et de la Recherche Scientifique, la Fédération nationale des enseignants du Congo et le Syndicat des Enseignants du Congo – ont rejoint le Ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’Initiation à la nouvelle citoyenneté, en vue de résoudre les problématiques majeures qui touchent le secteur.

Cet évènement était articulé autour de quatre thématiques:

- Les enfants bénéficient-ils d’assez de temps pour apprendre?

·         Le tutorat pour venir en aide aux élèves en situation de risque d’abandon scolaire

·         Accompagnement des enseignant(e)s et tutorat des élèves

- Quels supports et quelles méthodes pour assurer un enseignement de qualité?

·         Le bilinguisme français/langues congolaises au service de la qualité de l’enseignement

·         Apprendre aux enseignant(e)s à utiliser les ressources du milieu pour créer leurs propres supports pédagogiques

- Comment bien contrôler le niveau des élèves et celui des enseignant(e)s?

·         Evaluer les performances des enseignant(e)s en impliquant les parents et la communauté

·         Utiliser des outils pour une évaluation performante à moindre coût

- Les élèves et les étudiant(e)s sont-ils bien formé(e)s pour trouver un emploi?

·         Les filières agricoles: exemple de réformes de curriculum menées

·         La cellule Assurance qualité: interface entre université et société

Tout au long de ce forum, les syndicats et organisations participants ont pu découvrir leurs contributions mutuelles au secteur de l’éducation.