Ei-iE

Priorités et défis en amont du Sommet sur l’après-2015

Publié 24 septembre 2015 Mis à jour 28 septembre 2015

L’Agenda 2030 pour le développement durable, adopté ce week-end par les chefs d’Etat et de Gouvernement réunis à New York, contient 17 objectifs visant à transformer le monde en s’attaquant simultanément aux défis sociaux, environnementaux et économiques.

Une occasion à célébrer

Le nouvel agenda représente une victoire pour l’Internationale de l’Education (IE), pour ses affiliés et pour la communauté éducative tout entière; l’éducation y est consacrée en tant qu’objectif autonome et apparaît également comme une priorité explicite au titre de plusieurs autres objectifs. Il n’y a pas si longtemps encore, un objectif en matière d’éducation était loin d’être garanti mais une pression soutenue et un travail acharné ont finalement porté leurs fruits. A l’appui des expériences acquises à travers les Objectifs du millénaire pour le développement et les objectifs d’Education pour Tous (EPT), et sous l’effet des appels lancés par la communauté éducative, qualité et équité figurent désormais au cœur du nouvel agenda en faveur de l’éducation.

La qualité – une notion clé

La qualité est mise en exergue dans toutes les cibles et certaines sont dédiées aux questions d’équité, aux enseignant(e)s qualifié(e)s ainsi qu’aux environnements d’apprentissage non-violents, sûrs et sensibles à la dimension de genre. L’Agenda 2030 reconnaît par ailleurs que l’enseignement primaire est loin d’être suffisant dans le monde actuel et couvre la petite enfance, la formation professionnelle et l’enseignement supérieur, de même que l’alphabétisation des jeunes et des adultes (lecture, écriture et calcul). La date d’adoption du nouvel agenda approche à grands pas et des stratégies de mise en œuvre sont en cours de discussion et d’élaboration; mais nous devons garder à l’esprit quelques priorités et défis essentiels.

1. Un enseignement primaire et secondaire de qualité, gratuit et équitable

L’inclusion de l’enseignement primaire et secondaire gratuit constitue l’un des éléments les plus porteurs de transformation dans le cadre de l’objectif d’éducation (cible 4.1). Il repose sur l’incidence positive de la suppression des frais de scolarité à l’école primaire ces dernières années, ainsi que sur la concrétisation progressive du droit à l’éducation. Il sous-tend également la bonne mise en œuvre de tous les autres objectifs d’éducation. L’enseignement primaire et secondaire gratuit devrait être établi comme le fondement de l’objectif d’éducation et l’enseignement gratuit comme une obligation liée aux droits de l’Homme.

2. Des enseignant(e)s qualifié(e)s

L’Agenda 2030 reconnaît à juste titre le caractère central des enseignant(e)s qualifié(e)s pour une éducation de qualité. La cible (4.c) consacrée aux enseignant(e)s a hélas été modifiée en dernière minute pour s’aligner sur les autres objectifs, et le niveau d’ambition a été revu à la baisse pour être formulé ainsi: « accroître de manière substantielle le nombre d’enseignant(e)s qualifié(e)s ». On ne saurait viser rien de moins que d’offrir à tous les enfants un enseignement dispensé par des enseignant(e)s qualifié(e)s et, ici, le Partenariat mondial pour l’éducation (PME) joue un rôle central.

3. Financer le nouvel Agenda

Peu de détails ont été communiqués jusqu’à présent en ce qui concerne le financement de ce nouvel agenda. La troisième Conférence sur le financement du développement qui s’est tenue au mois de juillet dernier a brillé par l’absence d’engagements et de mesures concrètes. Le PME jouera un rôle essentiel en formulant les priorités et les stratégies de financement et, fait important, en définissant la participation de la société civile et de la profession enseignante en tant qu’éléments centraux d’un processus inclusif. Si le secteur privé a lui aussi son rôle à jouer, les projecteurs doivent néanmoins rester braqués sur les gouvernements afin de répondre aux objectifs de financement. A cet égard, il conviendra également de tenir compte de l’influence et de la portée croissantes du capital mondial.

Aller de l’avant

En dépit des nombreux progrès réalisés au titre des OMD et de l’EPT ces quinze dernières années, les objectifs d’éducation visés à travers eux ne seront, en fin de compte, pas atteints d’ici la fin de cette année. La mise en œuvre du nouvel Agenda pour l’éducation va s’appuyer sur le Cadre d’action à Paris au mois de novembre et sur les processus de suivi connexes visant à concrétiser cet agenda. Il importe toutefois que les objectifs et les cibles en matière d’éducation conservent une place centrale dans la mise en œuvre du plus vaste Agenda 2030 pour le développement durable.