Ei-iE

La pénurie d’enseignant(e)s menace le développement

Publié 30 septembre 2015 Mis à jour 12 octobre 2015

Une nouvelle étude montre que 33 pays du monde n’auront pas assez d’enseignant(e)s pour dispenser à chaque enfant un enseignement primaire à l’horizon 2030 si les tendances actuelles se poursuivent.

Avec des millions d’enfants non scolarisés aujourd’hui, l’enseignement primaire et secondaire universel restera du domaine du rêve si l’aide n’atteint pas ceux qui en ont le plus besoin, selon le dernier rapport de l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU).

Le monde devra recruter 25,8 millions d’enseignant(e)s d’ici à 2030. Cela inclut la création de 3,2 millions de nouveaux postes et le remplacement de 22,6 millions d’enseignant(e)s qui devraient quitter la profession.

A l’heure actuelle déjà, 2,7 millions d’enseignant(e)s supplémentaires sont nécessaires pour atteindre les 59 millions d’enfants non scolarisés et les intégrer dans des salles de classe de moins de 40 élèves par enseignant(e), selon les données de l’ISU.

Les nouvelles données mettent en évidence les défis qui nous attendent pour atteindre le nouvel Objectif de développement durable visant à offrir à chaque enfant 12 années d’éducation de qualité d’ici à 2030. Or, 96 pays luttent encore pour parvenir à un enseignement primaire pour tou(te)s. Selon les projections de l’ISU, 37 pays seulement (39 %) auront suffisamment d’enseignant(e)s primaires dans les classes en 2020 et ce pourcentage grimpera à 56 % en 2025. En revanche, 33 pays (34 %) n’auront toujours pas assez d’enseignant(e)s pour atteindre l’enseignement primaire pour tou(te)s en 2030.