Ei-iE

Les jeunes enseignants(e)s font entendre leur voix hors des salles de classe pour accroître leur rôle au sein de leurs syndicats

Publié 11 avril 2016 Mis à jour 1 octobre 2018

Souhaitant assumer de plus grandes responsabilités et jouer un rôle plus déterminant dans le processus décisionnel de leurs syndicats, de jeunes enseignant(e)s se sont réuni(e)s récemment à Dakar afin de donner un nouvel élan au recrutement et de dynamiser la participation des jeunes membres.

Vingt jeunes enseignant(e)s âgé(e)s de moins de 35 ans ont pris part à un atelier dans le cadre d’un projet étalé sur trois ans, le premier du genre, baptisé « Les jeunes enseignant(e)s en faveur d’une éducation de qualité et de syndicats efficaces ». La manifestation, qui s’est déroulée du 6 au 8 avril dans les locaux de la Friedrich Ebert Stiftung (FES) à Dakar, au Sénégal, visait à offrir aux jeunes enseignant(e)s syndicalistes un cadre motivant et propice à l’enseignement et à l’apprentissage en vue de développer et de renforcer leur capacité à agir plus efficacement au sein de leurs syndicats et de briguer des postes de direction et des fonctions décisionnelles.

L’atelier était animé par une équipe de l’Internationale de l’Education (IE) comprenant Marième Sakho Dansokho (Membre du Bureau exécutif de l’IE et Secrétaire générale de SYPROS, Sénégal), Amadou Keita (Secrétaire/Organisation Conseil Consultatif National Des Enfants et Jeunes du Mali), Anais Dayamba (Responsable des programmes au Bureau régional africain de l’IE), Mar Candela (Responsable de programmes à l’IE) et Madeleine Kennedy-Macfoy (Coordinatrice à l’IE).

Les questions relatives aux genres

Dans le respect des priorités édictées par le Plan d’action de l’IE pour l’égalité des genres, une répartition minimale de 50/50 a été respectée entre jeunes participant(e)s femmes/hommes pour chaque syndicat visé. En outre, les questions de genre ont été intégrées à l’ensemble du programme de l’atelier et ont également fait l’objet de séances et d’activités spécifiques. Les indicateurs sexospécifiques ont aussi été pris en compte dans la conception du projet afin de s’assurer que la perspective de genre ne soit pas écartée ou considérée comme extérieure aux « activités concrètes » relevant de l’engagement actif des jeunes enseignant(e)s au sein des syndicats ciblés.

La réponse mondiale de l’IE à la privatisation et à la commercialisation de l’éducation

Les participant(e)s à l’atelier ont eu la possibilité d’en apprendre davantage sur l’importante campagne de réponse mondiale à la privatisation et la commercialisation de l’éducation menée par l’IE et de débattre des questions associées dans leurs pays respectifs.

Recrutement et participation des jeunes membres: une priorité de l’IE

Lors de la période intercongrès 2011-2014, le Réseau d’Organisation de l’IE a défini comme prioritaires le recrutement et la participation de jeunes membres dans les syndicats enseignants dans la perspective des travaux futurs et de nouveaux progrès. La nécessité pour l’IE de faire porter ses efforts sur les jeunes membres a également fait l’objet d’une recommandation de la 2e Conférence mondiale des femmes, qui s’est tenue en avril 2014. L’année dernière, le 7e Congrès mondial de l’IE a adopté à l’unanimité une « Résolution sur les enseignant(e)s, chercheurs/euses et le personnel de soutien éducatif en début de carrière ».

Grâce au financement de la FES alloué au projet « Les jeunes enseignant(e)s en faveur d’une éducation de qualité et de syndicats efficaces », l’IE attend des changements positifs au sein des organisations membres ciblées en Afrique et espère que la participation au projet proposé motivera les jeunes membres (en particulier les jeunes femmes) à jouer un rôle plus actif, plus déterminé et visible au sein de leurs syndicats comme au sein de l’IE.

Le projet est également susceptible d’avoir une influence positive sur l’autonomisation des femmes et des jeunes au sein des syndicats visés (en Côte d’Ivoire, au Gabon, au Togo et au Sénégal) et, plus largement, au sein des organisations affiliées à l’IE; ainsi que sur le renforcement des syndicats, notamment concernant la viabilité à long terme. Le dernier atelier du cycle du projet, qui aura lieu au printemps 2017, sera axé sur les aptitudes à diriger et les stratégies de communication interne et externe.