Ei-iE

L’assurance qualité dans l’enseignement supérieur est en bonne voie

Publié 28 juin 2016 Mis à jour 30 juin 2016

Le 9 juin, pour marquer la fin de la première phase d’activités du projet « Améliorer la qualité au travers d’une politique innovante et de la pratique », l’Internationale de l’Education a souligné l’importance de l’apprentissage centré sur l’étudiant(e).

Le projet « Améliorer la qualité au travers d’une politique innovante et de la pratique » (EQUIP) vise à soutenir les acteurs de l’enseignement supérieur face aux défis liés à l’introduction de la version 2015 des « Références et lignes directrices pour l’assurance qualité dans l’Espace européen de l'enseignement supérieur (ESG) ».

Trois ateliers et deux webinars sur l’assurance qualité dans l’enseignement supérieur ont été organisés dans le cadre du projet. Ces cinq événements se sont déroulés au cours des six derniers mois et ont rassemblé des représentant(e)s des institutions d'enseignement supérieur et des agences d’assurance qualité, mais aussi des étudiant(e)s et des représentant(e)s du marché du travail, afin d’analyser les conséquences de l’introduction de l’ESG 2015.

Les événements s’articulaient autour des thèmes suivants :

·         changements dans l’assurance qualité résultant de l’ESG 2015

·         implications de l’emphase mise sur l’apprentissage et l’enseignement dans l’ESG 2015

·         apprentissage centré sur l’étudiant(e) (ACE)

·         admission, progression, reconnaissance et certification à la lumière de l’ESG 2015

·         nouveaux modes d’enseignement, notamment les programmes d’e-learning et d’enseignement à deux composantes

·         extension des programmes par la connexion de l’assurance qualité interne et externe

Neufs principes

Le 7 juin, lors de sa présentation au dernier atelier de formation EQUIP sur l’ESG 2015, Jens Vraa Jensen, Président du Comité permanent de l'enseignement supérieur et de la recherche de l’Internationale de l’Education/du Comité syndical européen de l’éducation, a souligné les neufs principes de base de l’ACE selon la perspective des enseignant(e)s:

1.       l’ACE requiert un processus de réflexion permanent;

2.       il n’existe pas de solution tout en un pour l’ACE;

3.       les styles d’apprentissage des étudiant(e)s varient;

4.       les étudiant(e)s ont des besoins et des centres d’intérêts différents;

5.       le choix est un élément central pour un apprentissage efficace dans l’ACE;

6.       les expériences et le contexte d’apprentissage diffèrent pour chaque étudiant(e);

7.       les étudiant(e)s devraient pouvoir contrôler leur apprentissage;

8.       l’ACE veut « permettre » sans « dicter »; et

9.       l’apprentissage nécessite une collaboration entre les étudiant(e)s et le personnel.

Soulignant les implications de l’ACE, Vraa-Jensen a fait remarquer qu’il ne devrait pas exister de tests ou de programmes scolaires standardisés, pas plus qu’une approche « taille unique » à la planification et la structure d’étude.

Il a insisté sur le respect et la protection de la liberté académique - et de la liberté d’apprendre pour les étudiant(e)s - mais aussi sur la nécessité du développement professionnel continu et sur la nécessité pour les enseignant(e)s de disposer de suffisamment de temps pour préparer et évaluer les cours.

Il a critiqué la banalisation de l’emploi dans l’éducation, la détérioration des conditions de travail pour de nombreux enseignant(e)s et a souligné les difficultés rencontrées pour atteindre l’équilibre vie privée-vie professionnelle dans les contextes institutionnels actuels.

Conclusion

Selon la conclusion de Vraa-Jensen:

  • les institutions d'enseignement supérieur qui réussissent en cette période d’austérité sont inextricablement liées à la création d’environnements de travail positifs;
  • l’emploi permanent constitue un prérequis à la création d’environnements de travail positifs;
  • le personnel académique doit être impliqué dans un processus décisionnel significatif au travers de structures de gouvernance collégiales et des syndicats qui les représentent;
  • il existe un besoin urgent d’améliorer le développement professionnel du personnel académique;
  • l’autonomie dans la recherche reste le facteur clé de la satisfaction au travail dans des conditions par ailleurs difficiles;
  • les universitaires ne sont pas contre la responsabilité, mais l’évaluation de l’enseignement devrait être centrée sur l’amélioration de la qualité de l'enseignement;
  • il convient de réduire la surcharge administrative et d’octroyer un soutien administratif plus important; et
  • il convient d’améliorer la communication sur les objectifs et les développements du Processus de Bologne envers la communauté académique.

La prochaine étape du projet EQUIP

Le projet EQUIP passe à présent à l’analyse et à l’étude de la mise en œuvre des défis, des bonnes pratiques et des approches proposées pour résoudre ces défis. Plusieurs groupes d’intérêt seront organisés dans ce but au printemps et au début de l’automne 2017. Toutes les informations rassemblées dans le cadre du projet contribueront à une étude et à des recommandations dont la publication est prévue fin 2017.

Une large gamme de matériel de formation sur l’ESG 2015 est disponible ici.

Vous pouvez également télécharger une analyse comparative de l’ESG 2005 et de l’ESG 2015.