Ei-iE

Un professeur d'université colombien libéré de prison

Publié 2 septembre 2016 Mis à jour 14 septembre 2016

Après plus d'une année de détention, le professeur d'université colombien Miguel Ángel Beltrán est désormais un homme libre, acquitté de sa peine de 8 ans de prison par la Cour suprême colombienne.

Trois jours après l'annonce de l'accord de paix mettant fin à cinq décennies d'une longue guerre dans le pays, la Cour suprême colombienne a acquitté Miguel Ángel Beltrán, reconnu coupable suite à de fausses accusations, après son arrestation en juillet 2015. Le professeur Beltrán a été injustement condamné à 8 ans de détention à la « Picota », une prison de haute sécurité de Bogotá, après avoir été accusé de rébellion, de conspiration et d'entretenir des liens avec le groupe armé colombien FARC.

C'était la seconde fois que l'éminent universitaire était privé de sa liberté par les autorités colombiennes, sur la base de ces mêmes allégations qui, par la suite, se sont révélées fausses. Les accusations reposaient sur des « preuves » soi-disant recueillies sur l'ordinateur du commandant des FARC, Raúl Reyes, arrêté durant le bombardement d'un camp FARC en Equateur, en 2008.

Malgré l'annulation de toutes les charges retenues contre lui en 2011, il a été démis de ses fonctions à l'Université nationale de Colombie et fait toujours l'objet d'une interdiction de travailler dans une université publique sur le territoire colombien - pour motif politique.

Lors de sa seconde arrestation, l'Internationale de l'Education (IE) a lancé une campagne internationale pour exiger sa libération et a présenté une demande officielle pour réexaminer son dossier, en vue d'obtenir sa libération et la restitution de ses droits civils et universitaires.

Aujourd'hui, la Cour suprême a reconnu que les accusations retenues contre Miguel Ángel Beltrán étaient illégales et fondées sur des preuves illégales elles aussi.

Le Professeur Beltrán est affilié au syndicat de l'enseignement supérieur ASPU, une des organisations membres de l'IE en Colombie. Virulent opposant au gouvernement colombien, il a consacré une large part de ses recherches aux conflits et aux troubles politiques dans son pays.

La Colombie, pays où le nombre d'actes de violence dirigée contre les enseignant(e)s et les syndicalistes figure parmi les plus élevés, entame la phase finale de son processus de paix, suite à l'accord signé entre le gouvernement et les FARC. Avant son adoption au Parlement le mois prochain, la population colombienne sera invitée à se prononcer pour ou contre cet accord, dans le cadre d'un plébiscite, fermement soutenu par les deux affiliés nationaux de l'IE - FECODE et ASPU. Fred van Leeuwen, Secrétaire général de l'IE, se rendra en Colombie la semaine prochaine pour participer à une réunion de haut niveau avec les syndicats nationaux et régionaux des Amériques et exprimer le soutien de l'IE à cet accord de paix historique, survenant après cinq décennies de guerre.