Ei-iE

ODD n° 4 – Agenda pour l’éducation 2030: l’IE appelle à investir dans l’éducation et dans les enseignant(e)s

Publié 28 octobre 2016 Mis à jour 2 novembre 2016

L’IE a fait pression auprès des gouvernements européens et nord-américains afin d’assurer une éducation inclusive de qualité pour tous les enfants, les jeunes et les adultes en investissant dans l’éducation et dans les enseignant(e)s.

Le message de l’IE a été communiqué lors d’une réunion de consultation sur la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD) pour l’Europe et l’Amérique du Nord, organisée par l’UNESCO à Paris, en France, les 24 et 25 octobre.

Dans son allocution d’ouverture, Qian Tang, Directeur général adjoint pour l’éducation de l’UNESCO, a demandé aux gouvernements de préciser comment ils avaient l’intention de mettre en œuvre l’ODD4 sur l’éducation de qualité dans leurs contextes nationaux respectifs et de fournir un appui aux pays les moins avancés. Tang a poursuivi en mettant en lumière certains des défis de la région, y compris l’accès inéquitable en matière d’éducation pour les réfugié(e)s et les migrant(e)s.

Gabriela Ramos, Directrice de cabinet de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), a présenté une analyse illustrant les progrès réalisés par les pays de l’OCDE eu égard à la réalisation de l’ODD4. L’analyse a démontré que la grande majorité des pays développés n’ont pas encore atteint les cibles de l’ODD4, en particulier celles liées à l’équité et la qualité.

Quatorze pays ont fourni des rapports d’étape, mettant en évidence les principales priorités nationales, notamment, les enseignant(e)s, l’égalité et l’inclusion ainsi que l’éducation des migrant(e)s et des réfugié(e)s, entre autres. En outre, les représentant(e)s du gouvernement ont considéré l’éducation à la citoyenneté mondiale comme décisive pour relever les défis liés à l’inclusion.

S’exprimant dans le cadre d’un panel sur l’éducation de qualité et les résultats de l’apprentissage (les acquis), la Secrétaire générale de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, Cassandra Hallett DaSilva, a souligné le rôle crucial des enseignant(e)s dans la réalisation des ODD. Elle a insisté sur la nécessité pour les gouvernements en Europe et en Amérique du Nord de renforcer la formation des enseignant(e)s et les programmes de perfectionnement professionnel afin de permettre aux enseignant(e)s d’acquérir les compétences nécessaires pour répondre aux divers besoins des apprenant(e)s, y compris ceux des migrant(e)s, des réfugié(e)s et des apprenant(e)s ayant un handicap ou des besoins particuliers.

DaSilva a soutenu qu’un apprentissage professionnel efficace combinait de nombreuses qualités, et notamment:

-                      il incite à la réflexion, il est interactif, pratique, continu, initié par l’enseignant(e) et intégré au travail de celui-ci/celle-ci;

-                      il encourage les enseignant(e)s à explorer et à prendre des risques, à mener une réflexion active et profonde quant à leur pratique professionnelle;

-                      il engage les enseignant(e)s dans un dialogue collectif et collaboratif; et

-                      il est ancré dans la recherche actuelle sur l’enseignement et l’apprentissage.

« Les gouvernements doivent reconnaître l’importance du jugement professionnel, pour améliorer non seulement la pratique professionnelle, la motivation et la rétention des enseignantes et enseignants, mais aussi la qualité globale de nos systèmes éducatifs, pour créer de bons établissements au profit de tous les enfants et tous les jeunes », a-t-elle souligné.

Dennis Sinyolo, Coordinateur senior Education et Emploi de l’IE, a exhorté les gouvernements européens et nord-américains à investir dans l’éducation et dans les enseignant(e)s en répondant aux normes mondiales en matière de financement de l’éducation, y compris l’affectation d’au moins 6 % du PIB, soit 20 % du budget national, à l’éducation. Il a exhorté les pays donateurs à venir en aide aux pays à revenu faible et intermédiaire pour leur permettre d’atteindre l’objectif et les cibles dans le domaine de l’éducation, en respectant pour cela l’engagement visant à consacrer au moins 0,7 % du revenu national brut à l’aide au développement et à veiller à ce qu’au moins 10 % de cette somme soit consacrée à l’éducation.

La délégation de l’IE a instamment prié les gouvernements européens et nord-américains d’élaborer une feuille de route claire relative à l’intégration des engagements liés à l’ODD dans leurs politiques, lois et plans nationaux en matière d’éducation, et afin d’aider les pays en développement à respecter leur promesse eu égard à la concrétisation de l’ODD sur l’éducation à l’horizon 2030.

L’IE était représentée par Cassandra Hallett DaSilva, Secrétaire générale de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, Canada; Michelle Olivier, Secrétaire nationale, SNUipp-FSU, France; Susan Flocken, Coordinatrice CSEE-Région européenne de l’IE, Politique interne, Santé et Sécurité au travail; et Dennis Sinyolo.