Ei-iE

Tanzanie: le profil de compétences constitue une étape clé pour réaliser une éducation de la petite enfance de qualité

Publié 16 février 2017 Mis à jour 17 février 2017

En compagnie de Dennis Sinyolo, de l’Internationale de l’Education, Prosper Lubuva, membre du Tanzania Teachers’ Union, aborde les défis qui pèsent sur l’éducation de la petite enfance, ainsi que la façon de renforcer le professionnalisme des éducateurs/trices de la petite enfance en développant un profil de compétences.

L’EPE a besoin d’enseignant(e)s bien formé(e)s

Le TTU compte des enseignant(e)s de la petite enfance parmi ses membres et est profondément convaincu que l’EPE revêt une importance capitale dans le développement de l’enfant. Toutefois, « il est difficile de trouver des enseignant(e)s de la petite enfance qui soient professionnel(le)s, dans la mesure où l’EPE représente une composante minime dans les institutions de formation des enseignant(e)s. Cela ne suffit donc pas pour assurer une éducation de la petite enfance de manière efficace », a-t-il déclaré.

En outre, cela signifie que n’importe quel(le) enseignant(e) du primaire fraîchement diplômé(e) peut être désigné(e) pour venir enseigner à des élèves de la petite enfance », a-t-il poursuivi.

Le TTU, en collaboration avec l’IE, vient de lancer un projet baptisé « Former les éducateurs/trices, améliorer l’apprentissage de la petite enfance en Tanzanie » qui vise à améliorer les résultats d’apprentissage de la petite enfance dans les zones rurales de Tanzanie en développant un profil de compétences pour les enseignant(e)s de l’EPE qui soit basé sur un consensus, en formant ces derniers/ères par le biais d’une approche basée sur les compétences et en menant des actions de plaidoyer auprès du gouvernement. Ce projet sera mis en œuvre à Chemba et à Mpwapwa, dans la région de Dodoma, entre 2016 et 2019.

Impliquer les parties prenantes

La réunion de lancement devrait avoir lieu les 6 et 7 février à Dar Es Salaam, en Tanzanie, avec de nombreuses parties prenantes, dont les autorités éducatives nationales, régionales et locales.

Afin de garantir la viabilité de ce projet, les parties prenantes doivent se l’approprier, insiste M. Lubuva. « Cela se fera au profit des enfants et de la société ».

Développer un profil de compétences

Interrogé sur la manière dont ce partenariat avec l’IE et d’autres parties prenantes permettra de pallier la pénurie d’enseignant(e)s professionnel(le)s dans l’EPE, cet expert répond sans ambages: le projet impliquera le développement d’un profil de compétences.

« Nous impliquerons les institutions de formation des enseignant(e)s en Tanzanie dans le développement de ces profils de compétences pour l’enseignement de la petite enfance », ajoute-t-il.

Ensuite, le TTU entend exhorter le ministère de l’Education à adopter et reconnaître le profil de compétences qui s’appliquera aux enseignant(e)s de la petite enfance dans les centres de formation, « de telle sorte que la formation soit uniformisée ».

« Au vu des expériences que l’IE est en train de mener en Ouganda et au Mali avec l’application de très bons profils de compétences dans les écoles primaires, nous espérons que le profil de compétences qui s’appliquera aux enseignant(e)s de l’EPE sera l’un des meilleurs », affirme-t-il. « Cet outil est indispensable pour développer les compétences des enseignant(e)s de la petite enfance en Tanzanie, et il sera probablement adopté dans d’autres pays », a-t-il conclu.

Abonnez-vous aux podcasts EdVoices de l’IE, via TuneIn sur Android ou iPhone:

Abonnez-vous aux podcasts EdVoices de l’IE, via iTunes pour les appareils Apple:

Ecoutez le podcast ici: