Ei-iE

Haïti: L’IE continue son soutien aux collègues touchés

Publié 3 juin 2010 Mis à jour 3 juin 2010

Les enseignants du monde entier et leurs syndicats sont déterminés à aider leurs collègues à Haïti après le tremblement de terre qui a dévasté le pays le 12 janvier 2010.

L'IE a également aidé son organisation membre haïtienne, la Confédération nationale des éducateurs d’Haïti (CNEH) à organiser sa première réunion nationale en mars à Montrouis. Des représentants de l'IE et de la CNEH, ainsi que plus de 120 syndicalistes du monde entier ont ensuite participé au sommet consacré à la reconstruction et au développement d'Haïti organisé à Saint Domingue en avril.

Une section clé du rapport intitulé Feuille de route syndicale pour la reconstruction et le développement d'Haïti, établi après la rencontre, garantit la « formation professionnelle et technique et une éducation publique, gratuite et obligatoire de qualité comme éléments essentiels du développement durable ». Le document indique également qu'« il ne peut y avoir de développement durable sans éducation, [sans] accès à une éducation publique, gratuite et de bonne qualité pour tous à tous les niveaux (primaire, secondaire et universitaire), et un programme de formation professionnelle et technique couvrant les principaux éléments de la politique nationale en matière d'emploi et de développement ».

Bien que des écoles aient rouvert leurs portes dans la capitale Port-au-Prince depuis le tremblement de terre, des rapports font état de plus de 4.000 écoles endommagées ou détruites et beaucoup doivent encore être réparées. D'autres qui devaient rouvrir ne sont toujours pas prêtes.

Les premières estimations de l’IE indiquent que la plupart des écoles privées, représentant 90% du nombre total des écoles du pays, sont inutilisables et il n’existe toujours aucune donnée claire ne permettant de déterminer combien d’écoles ont rouvert leurs portes.

L'IE travaille aussi avec la CNEH afin d'évaluer l'impact du tremblement de terre sur les enseignants, de déterminer combien ont perdu leurs lieux de travail, combiens ont été déplacés ou ont perdu leurs maisons, et combien ont fui vers le nord après la catastrophe. Cette évaluation jettera les bases de l'aide apportée par l'IE et ses organisations membres afin de renforcer la capacité de la CNEH à soutenir et représenter les enseignants, et à donner à chaque enfant d’Haïti la chance d’améliorer ses conditions de vie.

La CNEH a développé un plan d'action qu’il suivra jusqu'à son prochain congrès national qui aura lieu en septembre 2010. Chaque fédération de la CNEH complètera un formulaire d'évaluation en vue de préparer le congrès, pour développer une évaluation globale de la situation sur le terrain.

Suivant la décision prise lors de la Conférence pour l'Amérique du Nord et les Caraïbes qui s'est tenue à Trinidad en février, l'IE et le Caribbean Union of Teachers coordonnent les activités de soutien à ces fédérations, car celles-ci représentent les principaux piliers du renforcement de la CNEH.

Le Secrétaire général de la CNEH Jean Lavaud Frédérick et le Secrétaire général adjoint René Jolibois ont participé à plusieurs réunions avec le Ministère de l'enseignement et d'autres autorités depuis la catastrophe. Ils ont également participé au Cluster Education du Bureau de la Coordination des Affaires humanitaires des Nations Unies, selon lequel « environ 1.000 écoles ont officiellement rouvert à ce jour dans le département Sud-Est, alors que 49 écoles ont été sévèrement endommagées et que 405 tentes sont nécessaires pour établir des lieux d'enseignement temporaires ».

Par conséquent, sa priorité immédiate a été de faciliter la mise en place de lieux d'enseignement temporaires, y compris des tentes et des structures de transition, suivis de formation et de matériels pour les enfants, enseignants et parents.

Afin de soutenir les efforts menés par la CNEH pour aider ses enseignants et se reconstruire, l'IE a créé un compte bancaire séparé au sein du Fonds de solidarité, auquel il est possible de contribuer à cet effet.

Pour contribuer à ce Fonds, vous pouvez envoyer votre don à :

«Fonds de Solidarité» Internationale de l'Education Banque ING Rue du Trône, 14-16 1000 Bruxelles Numéro de compte : 310-1006170-75 IBAN: BE05 3101 0061 7075 CODE SWIFT OU BIC : BBRUBEBB

Pour en savoir plus, veuillez envoyer un courriel à Nicolás Richards, Coordinateur Senior Solidarité et Développement de l’IE, à: [email protected]

Cet article a été publié dans Mondes de l’Éducation, No 34, juin 2010.