Ei-iE

Danemark: Devenez enseignant et changez des vies!

Publié 24 mars 2011 Mis à jour 24 mars 2011

Depuis 2007, le Danish Union of Teachers (DLF) mène une étude annuelle destinée à identifier le nombre de postes, au niveau primaire et secondaire, occupés par du personnel n'ayant pas suivi de formation officielle d'enseignant. Etonnamment, les résultats, publiés dans un rapport annuel, ont démontré qu'il n'y avait pas assez d'enseignants qualifiés pour occuper tous les postes disponibles dans les écoles publiques au Danemark. Il est inquiétant de constater que le nombre d'enseignants sans qualification au sein des écoles a continué d'augmenter au cours des quatre dernières années durant lesquelles l'étude a été effectuée.

Clairement, le DLF a toujours considéré que du personnel correctement formé est essentiel au maintien d'une certaine qualité dans chaque industrie et c'est le cas du système éducatif. Par conséquent, si le gouvernement prévoit de faire du système éducatif danois l'un des meilleurs au monde, il faut s'assurer que le pays encourage plus de jeunes gens à devenir enseignants. Pour le DLF, le seul moyen de garantir cela est que l'éducation publique soit apportée uniquement par des enseignants formés à la profession. Le ministère danois de l'Education, le gouvernement local du Danemark et le syndicat danois des élèves-enseignants ont réagi au défi lancé par le DLF en se joignant au lancement d'une nouvelle campagne sous le slogan « Devenez enseignant » au printemps 2010.

L’engagement des divers acteurs

Obtenir l'implication des différentes parties prenantes n'a pas été tâche facile, mais le DLF a insisté sur le fait que le succès d'une telle campagne reposait sur la volonté des parties de laisser leurs propres intérêts et leurs dissensions de côté et de se concentrer sur la réalisation de l'objectif commun de la campagne.

Le but de cette dernière était d'encourager les jeunes gens à devenir enseignants et d'essayer de promouvoir l'image et le statut de la profession enseignante auprès du public. L'idée de base était que presque tout un chacun se souvient parfaitement d’au moins un enseignant ayant contribué à changer sa vie d'une certaine façon.

Si la campagne pouvait inciter les jeunes gens à considérer la profession différemment, grâce aux enseignants ayant eu un impact sur leur vie, peut-être seraient-ils plus enclins à accepter l'idée que les enseignants peuvent réellement avoir un impact positif sur la vie des autres et à devenir enseignants eux-mêmes.

Une campagne nationale

La campagne de recrutement s'est révélée au public par l'intermédiaire d'affiches placées dans les arrêts de bus des principales villes. Ces affiches représentaient trois célébrités danoises, chacune posant avec son enseignant préféré et expliquant l'impact que cet enseignant avait eu sur sa vie. De plus, plusieurs évènements organisés dans les rues de grandes villes par des élèves-professeurs et de jeunes enseignants bénévoles ont contribué à créer une aura positive autour de la formation d'enseignant et de la profession enseignante dans son ensemble.

Enfin, des gens ont mis en ligne sur le site web de la campagne des clips vidéo les représentant parlant de leur enseignant favori. Plus de 3.000 clips ont été chargés, et tous les visiteurs du site ont pu voter pour la meilleure vidéo.

Le rôle clé joué par le syndicat d’enseignants

Durant l'été 2010, il était devenu évident que, pour la première fois depuis longtemps, le nombre de personnes posant leur candidature pour devenir enseignants était non seulement resté stable par rapport aux années précédentes, mais avait même augmenté. En outre, la campagne « Devenez enseignant » était au nombre des raisons citées par les jeunes gens pour lesquelles nombre d'entre eux avaient décidé de devenir enseignants. Le DLF a joué un rôle prépondérant dans cette campagne, dont les résultats ont fait l’effet d’un véritable rayon de soleil pour une profession qui connaît des temps difficiles au Danemark.

Par Niels Gæmelke, Danish Union of Teachers

Cet article a été publié dans Mondes de l’Éducation, No 36, décembre 2010.