Ei-iE

Résolution: Éducation pour les personnes réfugiées

Publié 17 septembre 2019 Mis à jour 18 septembre 2019

Le 8e Congrès mondial de l’Internationale de l’Éducation (IE), réuni à Bangkok (Thaïlande), du 21 au 26 juillet 2019, se déclare profondément préoccupé par l’impact persistant sur tous les enfants, jeunes et adultes de la crise internationale des réfugié·e·s.

(1) Le 8e Congrès mondial de l’Internationale de l’Éducation (IE), réuni à Bangkok (Thaïlande), du 21 au 26 juillet 2019, se déclare profondément préoccupé par l’impact persistant sur tous les enfants, jeunes et adultes de la crise internationale des réfugié·e·s.

(2) Le Congrès note que :

(i) 68,5 millions de personnes sont déplacées de force dans le monde, dont 25,4 millions sont des personnes réfugiées ( https://www.unhcr.org/fr/apercu-statistique.html) ;

(ii) 85 % des réfugiés sont accueillis par les pays en développement ( https://www.unhcr.org/uk/5b27be547.pdf) ;

(iii) 52 % des réfugiés ont moins de 18 ans, dont 7,4 millions sont en âge d’être scolarisés ( https://www.unhcr.org/fr/news/stories/2018/8/5b866c5aa/millions-denfants-refugies-ne-scolarises-souligne-rapport-hcr.html) ;

(iv) 4 millions d’enfants réfugiés ne sont pas scolarisés ( https://www.unhcr.org/5b852f8e4.pdf) ;

(v) La Convention relative aux droits de l’enfant, ratifiée par 196 pays dans le monde, affirme en son article 28 que chaque enfant a droit à une éducation de qualité » et renuméroter les points suivants en conséquence.(3) Le Congrès se félicite :

(i) Des efforts des syndicats d’ enseignant·e·s et des personnels de soutien à l’éducation dans le monde pour aider leurs membres à offrir une éducation de qualité aux enfants réfugiés ;

(ii) Du rôle que jouent les enseignant·e·s et personnels réfugié·e·s dans l’offre d’une éducation de qualité ;

(iii) Des efforts déployés par les syndicats de l’éducation pour collaborer avec des partenaires nationaux et internationaux en vue de fournir un appui pratique en matière d’éducation pour répondre aux besoins des enfants réfugiés et déplacés de force ou par des catastrophes naturelles ;

(iv) Du travail de l’IE visant à soutenir les syndicats d’enseignant·e·s et des personnels de soutien à l’éducation pour répondre à la crise des réfugiés, notamment son travail dans les régions du Moyen-Orient, d’Afrique du Nord et d’Europe par le biais des projets Education4Refugees menés au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie et en Espagne en partenariat avec l’Open Society Foundations.

(4) Le Congrès invite instamment l’IE et ses organisations membres :

(i) À poursuivre le travail par des campagnes et des initiatives visant à aider les enfants réfugiés et leur famille à accéder à une éducation de qualité ;

(ii) À maintenir la pression sur les gouvernements et les organisations internationales, en se référant à la Convention des droits de l’enfant afin de :

a. Allouer prioritairement une aide financière pour l’éducation des réfugiés, des personnes déplacées de force ou par des catastrophes naturelles et des personnes ayant besoin d’une protection internationale ;

b. Permettre aux enseignant·e·s et aux personnels de soutien à l’éducation réfugiés de continuer à exercer leur métier dans leur nouveau pays (conformément aux principes et valeurs universels énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme) ;

(iii) À fournir aux syndicats d’enseignant·e·s un soutien/une formation sur la manière de réagir aux effets de la crise des réfugiés dans leur pays ou système éducatif respectif et à améliorer leurs systèmes d’éducation afin de garantir le droit universel à l’éducation sans exceptions.