Ei-iE

Credit: DFID / Pippa Ranger
Credit: DFID / Pippa Ranger

« Quels freins pour l’Éducation au développement durable chez le personnel enseignant ? », par Dominique Bernier.

Écrit par: Dominique Bernier Publié 2021-04-15 Mis à jour 2021-04-29

L’Internationale de l’Éducation a lancé, le 1er mars dernier, une enquête afin de mesurer la perception qu'ont les enseignantes et les enseignants de leur capacité individuelle à enseigner les quatre domaines thématiques de l'éducation au développement durable et de l’éducation à la citoyenneté mondiale (EDD/ECM). Cette enquête vise aussi à évaluer dans quelle mesure ils sont soutenus dans le cadre de leur formation et de leur pratique pour ce faire.

Une enquête pour éclairer le suivi de la réalisation des Objectifs de Développement Durable

L’enquête s’inscrit dans le contexte des Objectifs de développement durable (ODD), un ensemble d’objectifs universels élaborés en vue de relever les défis urgents auxquels notre monde est confronté sur le plan écologique, politique et économique. Les 17 ODD constituent un appel mondial à agir pour éradiquer la pauvreté, protéger la planète et faire en sorte que tous les êtres humains vivent dans la paix et la prospérité.

Cette enquête constitue une contribution importante pour faciliter la réalisation de l’ODD 4.7, qui porte spécifiquement sur l’éducation au développement durable et vise à « Garantir, d’ici 2030, à tous les élèves des connaissances et des compétences requises pour la promotion du développement durable, notamment grâce à l'éducation en faveur du développement et des modes de vie durables, des droits de l'homme, de l'égalité des sexes, de la promotion d'une culture de paix et de non-violence, de la citoyenneté globale et de l’appréciation de la diversité culturelle, ainsi que de la contribution culturelle au développement durable ».

En effet, en permettant d’identifier de façon nette les freins vécus par les enseignantes et les enseignants pour intégrer activement l’EDD/ECM à leur pratique professionnelle, l’IE sera à même de proposer des solutions innovantes, à la hauteur des défis vécus sur le terrain. Les organisations syndicales seront également mieux outillées pour revendiquer les modifications nécessaires à la formation initiale et au programme scolaire si nécessaire, ainsi qu’un meilleur soutien pour aider leurs membres à inculquer ces savoirs et compétences aux élèves.

Le développement durable est un concept large, qui couvre la plupart des champs de l’activité humaine. Dans le contexte de l’enquête, quatre thèmes principaux ont été ciblés : le changement climatique, la consommation et la production durables, les droits de la personne (y compris l'égalité des sexes) ainsi que la diversité culturelle et la tolérance. L’éducation au développement durable et à la citoyenneté mondiale doit donc être comprise comme regroupant ces quatre dimensions.

Redécouvrir l’importance de l’Education au développement durable dans un contexte de crise

Le contexte actuel, marqué par la pandémie de COVID-19, souligne à grands traits les difficultés auxquels font face les enseignantes et les enseignants et le manque de soutien criant dans les établissements d’enseignement.

La mise en place des mesures sanitaires s’ajoute à une tâche quotidienne déjà trop lourde. L’alternance entre l’éducation en présence ou à distance, effectuée parfois sans préavis lors des éclosions ou au gré des décisions gouvernementales, affecte le moral du personnel de l’éducation, déjà affaibli comme la population en général par plus d’un an d’éloignement social, et sa capacité à effectuer son travail de manière satisfaisante.

Au Québec, les négociations nationales des conventions collectives du secteur public s’ajoutent à cette réalité, et le mépris de la classe dirigeante ajoute l’insulte à l’injure en refusant de reconnaître le dévouement et la flexibilité exceptionnelle dont ont fait preuve les travailleuses et les travailleurs de la santé et de l’éducation. En refusant de bonifier ses offres salariales insultantes, à un moment où l’on exige toujours plus de travail du personnel de l’éducation et alors que le Québec fait face à une pénurie de personnel enseignant sans précédent, le gouvernement ne peut continuer de prétendre que l’éducation est une priorité !

Il va de soi que dans ce contexte, l’EDD/ECM n’apparaît pas au sommet de la liste des priorités chez les enseignantes et enseignants du Québec. Pourtant, plusieurs sont conscients du fait que la crise écologique et climatique déjà entamée frappera encore plus fort que la pandémie. En effet, si nous tardons à agir, c’est une succession de crises sanitaires majeures découlant directement des changements climatiques qui nous attend. L’éducation au développement durable et à la citoyenneté mondiale est donc plus importante que jamais pour faire face aux défis contemporains.

Donner la voix au personnel enseignant pour mieux répondre à ses besoins

L’enquête de l’IE trouve ici tout son sens, puisqu’un grand nombre de membres du personnel de l’éducation considèrent l’EDD/ECM comme un levier incontournable et l’intègrent déjà dans leur pratique. Cependant, cette intégration est inégale et plusieurs font face à des difficultés majeures, qu’elles soient liées à des lacunes du point de vue de la formation initiale, du manque de temps pour se former en continu, du manque d’accès à du matériel pédagogique adéquat et aux ressources pour mener à bien des projets éducatifs enrichissants ou simplement la résistance de directions d’écoles ou de centres de services scolaires récalcitrants.

Au Québec, le Mouvement d’Actions collectives en transition environnementale et sociale de la Centrale des syndicats du Québec (Mouvement ACTES) ainsi que le Réseau des écoles associées de l'UNESCO du Québec (RésEAU) s’activent à mettre en place des outils innovants visant à mieux soutenir et outiller ses membres dans le cadre de leur pratique en lien avec l’EDD/ECM. Un outil visant la création d’une communauté de pratique dédiée à ce sujet ainsi qu’une plateforme visant la certification des établissements en faveur de la transition juste seront lancées prochainement.

Pour la CSQ et le Mouvement ACTES, de même que pour le RésEAU, l’enquête de l’IE est une occasion unique de prendre la mesure des difficultés vécues sur le terrain, tant par nos membres que par les enseignantes et les enseignants de partout au monde. Les résultats de cette enquête constitueront sans aucun doute des données précieuses qui nous permettront de mieux les assister en répondant de façon concrète à leurs besoins.