Ei-iE

Rapport de l’Internationale de l’Éducation et de l’UNESCO : Les enseignant·e·s sont motivé·e·s pour enseigner le développement durable et la citoyenneté mondiale mais ont besoin de plus de soutien

Publié 3 décembre 2021 Mis à jour 14 décembre 2021

L’Internationale de l’Éducation et l’UNESCO ont lancé un rapport conjoint sur la préparation des enseignant·e·s à l’éducation à la citoyenneté mondiale et à l’éducation au développement durable. L’enquête s’est concentrée sur quatre sujets clés : l’éducation au changement climatique, la consommation et la production durables, la tolérance et la diversité culturelle, et les droits humains, y compris l’égalité des genres.

Plus de 90% des enseignant·e·s estiment que ces sujets sont importants et plus de 80% d’entre eux·elles souhaitent continuer à en apprendre davantage. Un·e sur quatre estime avoir besoin de plus de soutien et de formation pour enseigner ces sujets.

L’enquête a été conçue et le rapport élaboré avec la contribution d’un groupe d’expert·e·s comprenant des représentant·e·s de l’Internationale de l’Education de : AEU, Australie ; UEN, Norvège ; CSQ, Québec ; et ZIMTA, Zimbabwe.

Basé sur les réponses de 58.000 enseignant·e·s dans le monde, « Teachers have their say: Motivation, skills and opportunities to teach education for sustainable development and global citizenship » montre que plus de 90 % des enseignant·e·s estiment que ces sujets sont importants et que plus de 80% d’entre eux souhaitent continuer à en apprendre davantage. Un·e sur quatre estime avoir besoin de plus de soutien et de formation.

Le rapport constate que les enseignant·e·s comprennent l’importance des dimensions cognitive, comportementale et socioémotionnelle de l’apprentissage dans les quatre thèmes. Cependant, les enseignant·e·s se sentent plus confiant·e·s dans l’enseignement des compétences cognitives, et moins confiant·e·s et informé·e·s sur l’apprentissage comportemental et les perspectives socioémotionnelles, en particulier dans l’éducation au développement durable.

Le défi le plus courant auquel sont confrontés les enseignant·e·s en termes de compétences est le manque de connaissance des pédagogies appropriées pour enseigner le développement durable et la citoyenneté mondiale. Environ un quart des répondant·e·s ont également indiqué que les approches pédagogiques qu’il·elle·s aimeraient utiliser n’étaient pas réalisables dans le cadre de l’enseignement en ligne ou à distance.

En ce qui concerne les défis au niveau du système, le manque de couverture du programme scolaire a été identifié comme l’obstacle le plus important. Au niveau des écoles, l’obstacle le plus fréquemment signalé était le manque d’équipements et d’outils appropriés. Les enseignant·e·s ont également rapporté que les élèves n’ont pas suffisamment la possibilité de faire entendre leurs voix en matière d’éducation au développement durable et à la citoyenneté mondiale dans les écoles, en particulier au niveau primaire.

Le rapport apporte une contribution importante à la base de données factuelles sur le rôle des enseignant·e·s et sur la manière dont les systèmes peuvent mieux les aider à donner aux élèves les outils nécessaires pour construire un monde plus juste et plus durable.

La directrice de l’Internationale de l’Éducation pour la politique, le plaidoyer et la recherche, Antonia Wulff, a souligné l’importance d’écouter les enseignant·e·s comme point de départ pour développer des politiques efficaces et durables. « Il est important que cette enquête interroge directement les enseignants et enseignantes sur les défis auxquels ils sont confrontés, le soutien dont ils ont besoin et les réformes qu’ils suggèrent pour améliorer l’éducation afin de promouvoir le développement durable et la citoyenneté mondiale », a-t-elle déclaré.

Wulff a souligné la nécessité d’impliquer les enseignant·e·s et leurs représentant·e·s dans la conception des politiques, des programmes et des méthodes d’évaluation de l’éducation à la citoyenneté mondiale et de l’éducation au développement durable. Elle a conclu en déclarant que des systèmes d’enseignement public forts, dotés de ressources suffisantes et équitables sont indispensables pour permettre au potentiel de transformation de l’éducation de se révéler.

Le rôle crucial des enseignant·e·s pour l’éducation transformative

Les principales conclusions du rapport ont été présentées cette semaine lors d’une session du 5e Forum de l’UNESCO sur l’éducation transformative pour le développement durable, la citoyenneté mondiale, la santé et le bien-être.

Les décideur·euse·s politiques, les praticien·ne·s et les autres parties prenantes ont discuté des recommandations visant à aider les enseignant·e·s à dispenser efficacement une éducation transformative. Pour tous les intervenant·e·s, il était essentiel de veiller à ce que les enseignant·e·s reçoivent une formation initiale et continue de haute qualité sur ces questions. La qualité a été définie par un jeune enseignant vietnamien comme une formation adaptée aux besoins des enseignant·e·s, pratique et spécifique au contexte.

D’autres recommandations clés ont été formulées : veiller à ce que ces sujets soient au cœur des programmes scolaires, que les enseignant·e·s soient formé·e·s à des méthodes d’évaluation appropriées et qu’il·elle·s bénéficient d’un environnement scolaire favorable à l’éducation transformative. L’autonomie professionnelle, les ressources d’enseignement et d’apprentissage de qualité et le temps ont également été soulignés comme des facteurs clés. Il a également été noté que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre les inégalités spécifiques au contexte de l’enseignement de l’éducation transformative.

L’Internationale de l’Éducation espère que ce rapport suscitera l’engagement des gouvernements du monde entier à prendre de nouvelles mesures concrètes pour aider les enseignant·e·s à dispenser une éducation transformative.

Lisez le rapport ici. Nous vous informerons de la publication des versions en espagnol et en français en 2022.