• Accueil
  • News
  • Afrique du Sud: le gouvernement doit ratifier la déclaration des Nations Unies sur les droits humains

Afrique du Sud: le gouvernement doit ratifier la déclaration des Nations Unies sur les droits humains

L'IE et ses affiliés sud-africains, à savoir le SADTU, la NAPTO et le SAOU, exhortent le gouvernement d'Afrique du Sud à signer une déclaration commune sur la cessation des actes de violence et des violations des droits humains sur la base de l'orientation sexuelle et de l'identité de genre.

Cette déclaration, qui appelle à ce que les normes existantes et reconnues en matière de droits humains soient appliquées à tous les êtres humains, devrait être promulguée par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies le 21 mars.

L'ensemble des Etats membres des Nations Unies ont été invités à ratifier cette déclaration avant le 18 mars. A ce jour, 58 Etats membres ont déjà accordé leur soutien.

Etant donné l'engagement de la Constitution nationale à soutenir les droits des lesbiennes, gays, bisexuel(le)s et transgenres (LGBT), la non-ratification de la déclaration par le gouvernement sud-africain inquiète l'IE et ses affiliés. En outre, l'attitude du représentant du gouvernement est préoccupante: il a non seulement refusé de signer la déclaration, mais a également fait campagne contre cette dernière.

Les syndicalistes enseignants saluent l'appel d'action urgente lancé par les organisations et la population africaines pour la ratification de cette déclaration conjointe par le gouvernement sud-africain.

Depuis 2006, l'IE défend les déclarations des Nations Unies pour combattre toutes les formes de discrimination. L'IE et l'Internationale des Services Publics organiseront leur 3e Forum conjoint sur les LGBT, le premier du genre dans la Région Afrique, préalablement au 6e Congrès mondial de l'IE qui se déroulera au Cap, du 22 au 26 juillet 2011.

Partagez cette page