• Accueil
  • News
  • Les éducateurs/trices américain(e)s luttent contre l'endettement des étudiant(e)s et la fraude en matière de prêt

Les éducateurs/trices américain(e)s luttent contre l'endettement des étudiant(e)s et la fraude en matière de prêt

Les membres de l’American Federation of Teachers ont déposé une poursuite en recours collectif contre l’agent de prêts étudiants Navient pour tromperie envers les emprunteurs/euses et appellent à une action immédiate.

Non à l'activité prédatrice des agents de prêts

Le 3 octobre, l’American Federation of Teachers (AFT), ainsi que d’autres membres et employé(e)s de la fonction publique dans tous les Etats-Unis, ont déposé un recours collectif contre l’agent de prêts fédéral à but lucratif Navient, spécialisé dans le prêt étudiant, alléguant que Navient induit les gens en erreur concernant les options relatives à l'inscription au programme public d'exonération de remboursement (PSLF).

En soutenant le recours collectif, l'AFT cherche à mettre un terme à la pratique de Navient, qui cherche son propre profit en donnant aux étudiant(e)s qui empruntent des informations incomplètes et inexactes concernant leurs options de remboursement de prêt. L’action en recours collectif vise également à obtenir une indemnisation pour le préjudice financier que d'innombrables étudiant(e)s emprunteurs/euses ont déjà subi suite aux méfaits de Navient.

« Nous croyons que les travailleurs du secteur public, comme une part importante des 1,7 million d’enseignants, personnels scolaires et infirmiers membres de l'AFT, paient pour leurs prêts étudiants des millions de dollars de plus que s'ils avaient obtenu des informations précises de Navient », a déclaré la Présidente de l'AFT Randi Weingarten.

Elle souligne qu’au lieu d'aider les emprunteurs/euses, Navient passe le moins de temps possible avec eux/elles. Les employé(e)s de Navient ont reçu des incitatifs financiers pour que leurs conversations avec les emprunteurs/euses soient courts, à savoir moins de 7 minutes. Cela a incité des milliers d'employé(e)s du secteur public à choisir des plans de remboursement inadaptés et/ou à renoncer à s’inscrire au PSLF.

« Alors que le procès contre Navient progresse, nous devons continuer à mettre tout en œuvre pour que les agents privés sous contrat avec le Ministère américain de l'éducation, comme Navient, respectent leur responsabilité d'aider les emprunteurs/euses aux prises avec le fardeau de la dette étudiante et pour assurer que les agents de prêts ne s’engagent pas dans des activités prédatrices », a ajouté Weingarten.

Plus de 40 millions de personnes aux Etats-Unis ont souscrit à des prêts étudiants totalisant près de 1,5 milliards de dollars. Dans un récent sondage, 8 membres de l’AFT sur 10 ont déclaré que l'endettement des étudiant(e)s est un fardeau important et constitue un réel défi, bien plus que tout autre type de dette.

Le programme PSLF devait aider de nombreuses personnes

« C'était pas censé se passer de cette façon », note Weingarten. « Le programme d'exonération de remboursement du service public a été adopté afin de combler le vide causé par la hausse croissante des coûts de l'enseignement supérieur pour les postes de la fonction publique. Il devait aider de nombreuses personnes ».

A la fin de 2016, environ 32 millions d'emprunteurs/euses remboursaient des prêts potentiellement compatibles avec le programme PSLF. Après 10 ans de paiements, le programme devait permettre aux employé(e)s du service public d’effacer leur prêt et d’en supprimer le poids.

« Les membres de l'AFT sont les leaders de cette action et nous les soutenons parce qu’il s’agit d’une question de syndicale », souligne la Présidente de l’AFT. « Nous avons entendu les préoccupations et les plaintes de nos membres à propos de l'effet désastreux de la dette sur leur vie et nous avons mis la crise de l'endettement étudiant au centre de notre campagne. C'est une épidémie, et les gens souffrent. Les histoires des membres me hantent, cela va des jeunes enseignants qui ne peuvent pas rester dans la profession parce qu'ils ne parviennent pas à rembourser leur prêt, jusqu’aux professionnels expérimentés qui ne peuvent pas prendre leur retraite parce qu'ils ne parviennent pas à payer les prêts de leurs enfants. Cette crise nous touche tous. »

Agir dès maintenant!

Weingarten soutient que la chef du Département de l'Education, la Secrétaire Betsy DeVos, a le pouvoir d'exiger d’entreprises comme Navient qu’elles aident les gens à obtenir des renseignements précis sur le programme PSLF. La Présidente de l’AFT demande aux militant(e)s et aux citoyen(ne)s concerné(e)s d’agir et d’envoyer une lettre à DeVos pour décrire la frustration de la population face aux agents de prêts étudiants.