Ei-iE

États-Unis : un syndicat se joint à l'appel en faveur d’un New Deal pour l'enseignement supérieur

Publié 2021-02-17 Mis à jour 2021-02-19

L’American Federation of Teachers (AFT) et l'Association américaine des professeur·e·s d'université (AAUP, acronyme anglophone) ont lancé une campagne appelant à une augmentation du financement et à des réformes dans les collèges et universités publics. Les deux organisations se sont associées à cette campagne car une crise pour l'enseignement supérieur équivaut à une crise pour la démocratie.

Le 10 février, l'AFT et l'AAUP ont lancé la plateforme New Deal pour l’enseignement supérieur (en anglais) visant à rendre aux collèges et universités publics américains leur statut de bien commun. Une table ronde a également redéfini le rôle du fédéral dans ce secteur sous l'administration Biden-Harris.

Le corps professoral et le personnel doivent être traités avec dignité et respect

« Après des décennies d'austérité contre-productive, nous entrons dans une nouvelle ère pour l'enseignement supérieur », a souligné Randi Weingarten, présidente de l'AFT et membre du Bureau exécutif de l'Internationale de l'Éducation. « Nous savons par expérience que nous ne pouvons pas créer un système qui fonctionne pour tous et toutes si nous ne permettons pas à tout le monde d'y accéder. Nous savons que nous ne pouvons pas avoir une réelle sécurité d'emploi et une voix qui compte si les professeurs et le personnel ne sont pas traités avec dignité et respect. C’est pourquoi nous avons besoin d’un New Deal (un Nouveau Pacte) pour l’enseignement supérieur. »

Pour la Présidente de l'AAUP, Irene Mulvey, qui a présenté la relance après la pandémie de COVID-19 comme une opportunité de faire mieux, « une approche basée sur des pansements de fortune ne fera que nous ramener vers la précarité et la non-durabilité, et un secteur éducatif affaibli. C’est le moment de voir grand. C’est le moment de lancer ce New Deal. »

La dette étudiante doit disparaître

Dans son message vidéo, Elizabeth Warren, la sénatrice du Parti démocrate pour le Massachusetts, a insisté sur le fait que la dette étudiante, l'un des plus grands obstacles à un système d'enseignement supérieur équitable et accessible, devait être combattue.

La sénatrice Elizabeth Warren a présenté une résolution au Sénat exhortant le Président Biden à annuler 50.000 dollars de dette étudiante pour les emprunteur·euse·s, comme l’a fait Ayanna Pressley, la représentante du Massachusetts, à la Chambre des représentants. « Une fois que nous avons réglé la dette étudiante, qui pèse sur toute une génération, nous devons nous assurer de ne plus jamais avoir une autre crise de la dette étudiante », a déclaré Warren. « Nous pouvons le faire en reconnaissant que l’enseignement supérieur public est comme l’enseignement public primaire et secondaire, un bien public de base qui devrait être accessible à tous, avec des frais de scolarité gratuits et une dette nulle à l'obtention du diplôme. »

Pour clôturer l’événement, un panel de membres de l'AFT et de l'AAUP ont décrit ce que signifierait pour eux un New Deal pour l'enseignement supérieur.

Établir les valeurs de l'enseignement supérieur

En plus de s'attaquer aux frais de scolarité, au financement institutionnel et à l'allégement de la dette des étudiant·e·s, la campagne exige des réformes continues en lien avec l'injustice et les inégalités raciales, les pratiques de travail, les libertés académiques et la gouvernance, le financement fédéral de la recherche, l'enseignement technique et professionnel. Elle accorde également une attention particulière aux inégalités et à l'accès des étudiant·e·s noir·e·s, autochtones et latino-américain·e·s.

Le site Web de la campagne détaille comment la pandémie de COVID-19 a exacerbé la crise existant de longue date dans l’enseignement supérieur public. Le déclin du soutien de l'État, l'érosion de la titularisation et de la gouvernance partagée, le recours accru aux contrats externes et la réduction au silence de la voix des professeur·e·s menacent la mission fondamentale de l'enseignement supérieur dans la société.

La campagne rappelle également les quatre valeurs clés de l'enseignement supérieur :

  • Construire la prospérité de bas en haut ;
  • Faire progresser la justice sociale, raciale et économique ;
  • Renforcer la démocratie et la société civile ; et
  • Favoriser la connaissance et l’innovation.

Le plan d’action

Le New Deal pour l'enseignement supérieur vise à mettre à nouveau en œuvre la loi sur l'enseignement supérieur et à créer d'autres politiques fédérales qui établissent des financements publics qui lui sont dédiés et tiennent les administrations responsables de la façon dont ces fonds sont dépensés.

La campagne plaidera pour :

  • Donner la priorité à l'enseignement, à la recherche et au soutien de la réussite des étudiant·e·s ;
  • Permettre à l’ensemble des étudiant·e·s d'accéder à l'enseignement supérieur indépendamment de leur capacité de payer ;
  • Garantir la sécurité d'emploi, une rémunération équitable, une voix professionnelle et des carrières durables pour tou·te·s les professeur·e·s et l’ensemble du personnel ;
  • Créer des environnements universitaires exempts de racisme, de sexisme et d’autres fanatismes qui empêchent l’apprentissage, dégradent la recherche et perpétuent les inégalités ; et
  • Annuler la dette étudiante des emprunteur·euse·s qui ont injustement porté le fardeau du financement de l'enseignement supérieur au cours des 40 dernières années.

Elle fournit également diverses ressources aux établissements d'enseignement supérieur, au personnel et aux étudiant·e·s, notamment la boîte à outils Campus.

Regardez le lancement digital du « New Deal pour l'enseignement supérieur » (en anglais):