• Accueil
  • News
  • Sierra Leone: Les salaires des enseignant(e)s bloqués par le FMI

Sierra Leone: Les salaires des enseignant(e)s bloqués par le FMI

Les enseignant(e)s du Sierra Leone ont vu leur augmentation salariale bloquée par le Fonds monétaire international (FMI). Malgré le fait que, dans ce pays, les enseignant(e)s peuvent gagner un salaire aussi bas que 50 dollars américains par mois, ne permettant même pas de subvenir aux besoins d'une personne, et ne parlons même pas d'une famille tout entière, l'intervention du FMI au début de cet été a empêché le gouvernement de payer l'augmentation salariale de 40 à 50% qui avait été négociée.

« Dans les écoles publiques, les conditions sont tellement mauvaises que les parents qui peuvent se le permettre choisissent de placer leurs enfants dans des écoles privées », a déclaré Davidson A. Kuyateh, Secrétaire général du Sierra Leone Teachers’ Union (SLTU). « Les classes accueillent généralement entre 50 et 120 élèves. En outre, dans les zones rurales, les bâtiments sont en très mauvais état, il n'y a parfois pas d'eau potable, voire pas d'eau courante du tout. »

« Notre principal problème est que même les écoles publiques ne sont pas gérées par le gouvernement mais par des agences, et particulièrement des organisations catholiques et musulmanes, qui recrutent parfois des enseignant(e)s non qualifié(e)s. Certain(e)s enseignant(e)s n'ont même pas terminé leur éducation primaire! »

M. Kuyateh a ajouté que l'argent envoyé par des donateurs internationaux était rarement destiné aux enseignant(e)s. La majeure partie de ces fonds sont alloués à l'emploi de consultant(e)s étrangers/ères et de gestionnaires de projets, qui reçoivent déjà un salaire bien supérieur à celui des enseignant(e)s. En outre, la richesse potentielle de la Sierra Leone, à savoir ses terres cultivables fertiles et ses richesses minérales telles que la bauxite, le minerai de fer et l'or, est exploitée par des multinationales. Les habitant(e)s de ce pays n'en retirent presque aucun bénéfice.

Mettant en lumière ce qui permettrait d'améliorer la situation de l'éducation en Sierra Leone, M. Kuyateh a déclaré: « Trois choses sont essentielles: mettre un terme au processus de recrutement d'enseignant(e)s non qualifié((e)s par des agences privées, rémunérer comme il se doit les enseignant(e)s, et leur proposer des formations de développement professionnel »

« Le SLTU est en pleine négociation avec le gouvernement sur l'augmentation salariale qui nous avait été promise. Si tout le reste venait à échouer, la grève restera notre dernier recours », a averti M. Kuyateh.

Partagez cette page