• Accueil
  • News
  • Déclaration | Les gouvernements doivent s’assurer que la crise sanitaire déclenchée par le Covid-19 n'affecte pas également le monde de l'éducation

Déclaration | Les gouvernements doivent s’assurer que la crise sanitaire déclenchée par le Covid-19 n'affecte pas également le monde de l'éducation

L’UNESCO a convoqué une réunion d'urgence avec les ministres de l’Éducation afin de discuter des répercussions de l’épidémie de Covid-19 sur l’enseignement. La réunion se déroule aujourd'hui, le 10 mars 2020. Les dernières données communiquées par l’UNESCO font état d’un nombre record d’élèves actuellement dans l’incapacité de se rendre à l’école.

Selon l’UNESCO, 16 pays ont décidé de fermer les écoles et les universités sur tout leur territoire afin d’endiguer la propagation du Covid-19. Dans ces pays, plus de 363 millions d’élèves de tous les niveaux d’enseignement ne peuvent pas assister aux cours. Seize autres pays ont par ailleurs pris la décision de fermer certaines écoles et universités au niveau local. Cette mesure s'est révélée préjudiciable pour l'éducation de 567 millions d'apprenant·e·s. 
 
Alors que les ministres de l’Education se réunissent aujourd'hui, nous les exhortons à prendre en considération les points suivants afin que cette crise sanitaire majeure ne devienne pas une crise qui toucherait également le monde de l'éducation:
 
1. À l’heure actuelle, il est absolument essentiel de donner la priorité à la santé et à la sécurité des élèves, des enseignant·e·s et du personnel de soutien à l’éducation.
 
2. Les efforts conjugués de toute une école et de toute une communauté représentent le moyen le plus efficace d’enrayer la propagation du virus et de ne pas céder à la panique. La communauté scolaire doit bénéficier d’un enseignement adéquat, d’informations détaillées et d'instructions précises concernant les mesures préventives. En outre, les syndicats de l’éducation s’évertuent à tenir nos membres bien informés.
 
3. Les fermetures d’école prolongées entravent considérablement l’éducation de millions d’élèves. Aussi, il faut mettre en place des mesures afin de minimiser l’impact des fermetures sur l'offre de services d'éducation.
 
4. Les élèves les plus vulnérables pâtissent davantage des conséquences des fermetures d’écoles. En effet, ils sont nombreux à compter sur les repas chauds fournis par l’école et ne disposent pas nécessairement d’outils en ligne destinés à l’apprentissage à distance. De plus, les fermetures d’écoles accroissent la pression sur les familles en difficulté au sein desquelles les parents qui travaillent doivent prendre des jours de congé pour s’occuper de leurs enfants. Des mesures concrètes doivent être prises pour s’assurer que les élèves les plus vulnérables ne sont pas laissés pour compte.
 
5. Par conséquent, nous encourageons les gouvernements à œuvrer de concert avec les éducateur·rice·s et les syndicats de l'éducation pour trouver des alternatives permettant la poursuite de l'enseignement en dépit de la fermeture temporaire des écoles.
 
6. Si la technologie peut faciliter l’apprentissage à distance à court terme, elle doit être considérée comme une solution provisoire qui ne remplacera jamais l’apprentissage et l’enseignement dans les salles de classe. 
 
7. Les enseignant·e·s et les personnels de soutien à l’éducation doivent être rémunéré·e·s pendant les périodes de fermeture. 
 
8. Dans les pays où les prestataires de services éducatifs privés exercent leur activité parallèlement aux écoles publiques, des mesures doivent être prises afin d’homogénéiser l’attitude à adopter face au coronavirus au sein de l’ensemble du système éducatif.
 
9. La collaboration interministérielle revêt une importance capitale dans la gestion du large impact de l’épidémie. Les écoles constituent la pierre angulaire de toute communauté. Les perturbations dont elles sont victimes affectent donc l’économie et peuvent même saper les systèmes de santé déjà sous pression alors que les parents sont contraints de rester à la maison avec leurs enfants.
 
10. Les fermetures d’écoles prolongées entraînent souvent une augmentation du taux d’abandon puisque certains élèves ne retournent pas en classe une fois les écoles rouvertes. C’est pourquoi les gouvernements doivent élaborer des stratégies afin de prévenir cette éventuelle conséquence des fermetures à grande échelle.
 

David Edwards

Internationale de l’Éducation

Secrétaire général