Ei-iE

Etat des lieux du SNEC sur les infrastructures scolaires à Bamako [VIDÉO]

Publié 29 mars 2010 Mis à jour 29 mars 2010

Des immeubles délabrés avec murs fissurés, des toilettes sales avec problèmes de plomberie, des salles de classe dépourvues de tout matériel. Voici quelques-unes des conditions choquantes révélées par l’étude du syndicat malien SNEC portant sur les infrastructures des écoles primaires et secondaires publiques dans le district urbain de Bamako dans le cadre de son programme EPT/SIDA.

Le rapport d’étude du SNEC part du constat que pour atteindre l’Education pour Tous, le défi ne consiste pas seulement à garantir l’accès universel à l’éducation mais également à offrir une éducation de qualité pour tous à travers l’existence d’infrastructures scolaires adéquates.

Le SNEC constate, dans son rapport, que de nombreux obstacles entravent l’amélioration des infrastructures scolaires de la capitale tels que les ressources limitées, l’insuffisance de coordination des acteurs-clé et la faible capacité de mobilisation des ressources au niveau des collectivités. Dans son rapport, le SNEC émet une série de recommandations dont l’augmentation des dépenses en éducation au cours des dix prochaines années afin de permettre au système éducatif d’accueillir le million d’enfants ne fréquentant pas encore l’école primaire et la diminution du ratio enseignant/élève en classe qui trop souvent encore s’élève à 1/90. Le SNEC conclut en recommandant que l’Education de qualité pour Tous ne sera réalisée qu’à travers l’interaction enseignant, infrastructure et équipement.

Suite à la parution du rapport d’étude, accompagné d’un documentaire, le SNEC a mis en place des activités de plaidoyer auprès des autorités éducatives en faveur de l’amélioration des infrastructures scolaires dans le district de Bamako.