Ei-iE

Les syndicats d’enseignants européens luttent contre les attaques portées à l’éducation publique

Publié 1 octobre 2010 Mis à jour 1 octobre 2010

Suite à une table ronde qui s’est tenue à Bucarest en Roumanie, les syndicalistes enseignants d’Europe centrale et orientale ont adopté une déclaration dans laquelle ils ont exprimé leurs préoccupations concernant les répercussions de la crise économique sur le financement de l’éducation et, en particulier, sur les salaires des enseignant(e)s.

La réunion s’est déroulée les 29 et 30 septembre en Roumanie, l’un des pays européens les plus touchés par la crise, et où les salaires déjà peu élevés ont enregistré une diminution de 25 %.

Le Secrétaire général adjoint, Charlie Lennon, a participé à la réunion, en présence de plus de 50 représentants des 55 organisations réparties dans les 23 pays d’Europe centrale et orientale.

Dans leur déclaration, les représentants des syndicats de l’éducation ont affirmé que « des services éducatifs de haute qualité sont essentiels pour garantir le développement économique durable, le bien-être social et le développement des enfants » et qu’ « il est essentiel de disposer d’enseignant(e)s hautement qualifié(e)s pour garantir une offre de services éducatifs de haute qualité ».

Ils ont également souligné que « l’éducation est l’unique solution à long terme pour remédier à la crise économique ; elle n’en est pas la cause ! ».

Les syndicalistes enseignants ont également réaffirmé l’engagement des syndicats de l’éducation des pays d’Europe centrale et orientale à « faire campagne en faveur de services éducatifs de haute qualité dans tous les pays d’Europe centrale et orientale » et à « travailler en collaboration avec d’autres syndicats et défenseurs des services éducatifs afin de résister aux attaques du gouvernement à l’encontre de l’éducation et des autres services publics ».

Les participants ont convenu de « renforcer la capacité des syndicats de l’éducation à organiser et à offrir des services à leurs membres, et consolider la solidarité avec les autres syndicats de l’éducation aux niveaux national et international » et de « collecter, partager et diffuser des informations argumentées, issues de la recherche, sur les tendances clés des politiques éducatives dans la région d’Europe centrale et orientale ».

Pour lire la déclaration, cliquez ici.