Ei-iE

Une historienne de l’éducation défend les droits des enseignants à se syndiquer

Publié 24 février 2011 Mis à jour 24 février 2011

Diane Ravitch, une éminente personnalité universitaire, a critiqué les mesures du gouverneur républicain du Wisconsin, Scott Walker, visant à réduire les salaires des enseignants et des travailleurs du service public en limitant leurs droits syndicaux.

Dans un article intitulé « Why America's teachers are enraged »(en anglais), le Professeur Ravitch écrit que « comme les autres Républicains conservateurs, le gouverneur du Wisconsin souhaite saper le pouvoir des syndicats représentant les fonctionnaires, et en particulier les syndicats d’enseignants, car l’enseignement public représente le plus grand poste de dépenses pour chaque Etat ».

Elle ajoute que « les écoles publiques à Madison et dans une douzaine d’autres districts du Wisconsin ont fermé leurs portes car les enseignants ont rejoint le mouvement de protestation. Bien que Walker affirme qu’il a été obligé d’imposer ces restrictions suite à la mauvaise situation financière de l’Etat, les enseignants ont remarqué qu’il a offert de généreuses réductions fiscales aux entreprises équivalent au montant perdu par les enseignants. »

De la Steinhardt School of Culture, Education, and Human Development de l’Université de New York, la professeur-chercheuse explique que « le soulèvement à Madison est symptomatique d’une colère latente parmi les enseignants du pays. Ils sont devenus de plus en plus furieux et démoralisés au cours des deux dernières années au fur et à mesure que les attaques contre leur profession se sont intensifiées. »

D’après Ravitch, « le film très médiatisé Waiting for Superman a fait émerger l’argument spécieux selon lequel ‘de mauvais enseignants’ sont responsables des mauvais résultats des étudiants au test. Une couverture de Newsweek de l’année dernière proposait de limoger les mauvais enseignants pour sauver l’enseignement américain. »

Ravitch affirme que le programme Race to the Top de l’administration Obama a « intensifié la diabolisation des enseignants, car il a encouragé les Etats à évaluer les enseignants par rapport aux résultats de leurs étudiants. »

Il y a bien entendu de nombreuses raisons expliquant les bons ou mauvais résultats des étudiants aux tests. Les enseignants ont eu l’impression d’être injustement tenus pour responsables lorsque leurs étudiants obtiennent de mauvais points, alors que le rôle essentiel joué par les ressources statutaires, les familles et les étudiants eux-mêmes a été ignoré.

En ce qui concerne le rôle des syndicats, Ravitch prévient que « les syndicats font activement pression pour augmenter le financement de l’éducation et diminuer la taille des classes. Les gouverneurs conservateurs souhaitant réduire les dépenses dans le domaine de l’éducation se sentent obligés d’atténuer l’influence des organisations syndicales pour faire taire la meilleure opposition organisée aux restrictions budgétaires dans l’enseignement. »

Elle laisse entendre que « si les attaques contre les enseignants s’intensifient et les licenciements augmentent, il y aura probablement davantage de mouvements de protestation semblables à celui qui a mobilisé les enseignants et leurs alliés et immobilisé la législature du Wisconsin ».

De nombreux membres de l’IE du monde entier ont rédigé des lettres de protestation qui concordent avec les sentiments exprimés par le Professeur Ravitch et ils appellent les autorités du Wisconsin, des Etats-Unis et d’ailleurs à mettre fin à leurs attaques contre la profession enseignante et des syndicats comme l’AFT et la NEA travaillant durement pour défendre les droits de leurs membres. L’IE réitère son soutien« à ses membres aux Etats-Unis, l’AFT et la NEA, dans leur campagne énergique pour lutter contre la législation répressive qui priverait des fonctionnaires, et notamment des enseignants, des droits à la négociation collective dans le Wisconsin, l’Idaho, l’Ohio, le Tennessee, l’Indiana et ailleurs. »