Ei-iE

L'IE condamne les nouvelles vagues d'assassinats d'enseignants en Colombie

Publié 27 juin 2011 Mis à jour 4 juillet 2011

L'IE condamne l'assassinat de quatre nouveaux enseignants en Colombie et fait part de sa profonde tristesse. Dionis Alfredo Sierra Vergara a été assassiné le 15 mai dernier; Carlos Julio Gómez a été abattu le 26 mai; Freddy Antonio Cuadrado Núñez, quant à lui, a été tué le 27 mai dernier; et Alejandro José Peñata López a trouvé la mort le 20 juin dernier. Ces enseignants étaient tous les quatre membres de l'Asociación de maestros de Córdoba – ADEMACOR (association des enseignant(e)s du département de Córdoba), ainsi que du SUTEV (Sindicato Único de Trabajadores de la Educación del Valle).

Dionis Alfredo Sierra Vergara était enseignant dans le primaire. D'après les témoins, Sierra Vergara a reçu un appel sur son téléphone portable. Il était alors sorti pour répondre au téléphone, lorsqu'il a été attaqué par des agresseurs armés inconnus, qui lui ont tiré dessus à trois reprises. Dionis Alfredo Sierra Vergara est mort sur le coup. Avec d'autres collègues, il avait célébré la Journée des enseignant(e)s ainsi que l'anniversaire de l'un de ses collègues.

Carlos Julio Gómez, qui enseignait à l'école General Santander de Cali, était membre du SUTEV, le syndicat des travailleurs/euses de l'éducation. Le matin du 26 mai, il a été grièvement blessé par des agresseurs inconnus équipés d'armes à feu. Emmené à l'hôpital Clínica Rey David de Cali, il a succombé à ses blessures trois jours plus tard.

Freddy Antonio Cuadrado Núñez, qui enseignait à l'école Isaac J. Pereira, a été tué le 27 mai dernier à Ciénaga, dans le département de Magdalena. Il fêtait son 46e anniversaire lorsqu'un tueur à gages lui a tiré une balle dans la tête.

Alejandro José Peñata a disparu en rentrant de l'école où il travaillait en tant que coordinateur. Sa famille et ses ami(e)s se sont alors lancés à sa recherche et l'ont retrouvé dans un petit village. Son corps présentait des signes de torture. En outre, il avait été pendu avec des fils barbelés. Sa moto et des documents lui appartenant ont été retrouvés sur le lieu du crime: il ne s'agissait manifestement pas d'un vol.

L'IE condamne les persécutions et les violences incessantes à l'encontre des enseignant(e)s en Colombie. Dans le seul département de Córdoba, cette nouvelle vague d'assassinats porte à 20 le nombre total d'enseignant(e)s tué(e)s depuis décembre 2008. Ce contexte d'impunité presque totale autour de ces meurtres a entraîné une crise humanitaire alarmante dans le secteur de l'éducation. L'enseignement et le syndicalisme sont en danger. Ce contexte d’impunité se tient en outre en contradiction avec les déclarations tenues par le gouvernement colombien à l'occasion des forums internationaux, au sujet d'une soi-disant amélioration de la situation des droits humains.

Dans un appel au Président colombien Santos, le Secrétaire général de l'IE, Fred van Leeuwen, exhorte les autorités colombiennes à « agir le plus rapidement possible afin de veiller à ce que ces crimes fassent l'objet d'une enquête, que cette enquête soit résolue et que les responsables soient punis, de façon directe ou indirecte. Il est fondamental de briser le cercle vicieux de la violence et de mettre un terme à l'impunité régnant en Colombie. Nous voulons être témoins de l'amélioration de la situation des droits humains en Colombie annoncée par le gouvernement. »