Ei-iE

Pologne: le Gouvernement remercie l'IE de son action en faveur des enseignant(e)s et étudiant(e)s de la minorité polonaise en Lituanie

Publié 27 octobre 2011 Mis à jour 3 novembre 2011

La Région européenne de l'IE, le Comité syndical européen de l'éducation (CSEE), a adopté une Déclaration sur la situation des enseignant(e)s des écoles des minorités nationales en Lituanie, lors de la Table ronde pour l'Europe centrale et orientale tenue à Kiev, le 16 septembre 2011. En réponse, le Sous-secrétaire d'Etat au Ministère de l'Education nationale, Miros?aw Sielatycki, a écrit à l'IE pour reconnaître l'aide apportée par cette déclaration.

Faisant référence à la déclaration du CSEE, M. Sielatycki souligne dans sa lettre au Secrétaire général de l'IE, Fred van Leeuwen: « Je souhaite remercier l'Internationale de l'Education pour l’intérêt qu’elle porte, dans le cadre de ses activités, à la problématique de l'éducation des minorités nationales. Il s'agit d'une initiative très importante et d'une déclaration significative appréciée par le Gouvernement polonais. »

Le CSEE réaffirme dans sa déclaration: « Le système législatif de tout pays devrait, d'une part, préserver l'identité ethnique des minorités nationales, leur culture et leur langue maternelle et, d'autre part, intégrer correctement les écoles des minorités nationales dans le cadre général du système éducatif de l'Etat ».

Il a également exprimé ses inquiétudes quant à l'impact négatif possible de la mise en œuvre de la nouvelle Loi [lituanienne] sur l'éducation, adoptée le 1er juillet, sur les conditions de travail des enseignant(e)s. Il a souligné l'importance du dialogue social au moment de l'application des dispositions de la nouvelle législation sur l'éducation.

La Table ronde pour l'Europe centrale et orientale a également mis l'accent sur le fait que « deux années ne sont pas suffisantes pour que les enfants des minorités nationales atteignent le même niveau de langue que les élèves des écoles lituaniennes qui apprennent le lituanien depuis 12 ans. Nous sommes inquiets au sujet de la qualité de l'enseignement et des enseignant(e)s qui, en raison des nouvelles réglementations, pourraient perdre leur emploi ou dont les conditions d'emploi pourraient se détériorer de manière significative. »

Le Directeur régional du CSEE, Martin Rømer, a ajouté: « L'Education pour Tous, l'un des Objectifs du Millénaire pour le développement, ne peut être réalisée si les droits des minorités ne sont pas respectés. Parmi d'autres mesures urgentes à prendre, nous exhortons les autorités lituaniennes à inclure des représentant(e)s des partenaires sociaux dans un Groupe de travail intergouvernemental nouvellement établi sur les questions relatives aux minorités nationales. Cela contribuera à trouver des solutions optimales pour protéger le bien-être des élèves et des enseignant(e)s des écoles dans les écoles minoritaires. »

Pour lire la lettre (en anglais) dans son intégralité, cliquez ici.

La Déclaration sur la situation des enseignant(e)s des écoles des minorités nationales en Lituanie est disponible ici.