Ei-iE

Ouganda: les enseignant(e)s menacent le gouvernement d’entamer des actions de grève massives

Publié 2 novembre 2011 Mis à jour 8 novembre 2011

L’Uganda National Teachers’ Union (UNATU), l’un des affiliés nationaux de l’IE, a prévenu le gouvernement que la phase suivante de son action de grève impliquera des parents et des sympathisant(e)s si les autorités nationales poursuivent le harcèlement des syndicalistes enseignant(e)s par le biais de leurs agents de sécurité.

L’UNATU dénonce les méthodes militaires utilisées par le gouvernement pour sanctionner les participant(e)s au mouvement de grève, entamé le 27 juillet mais temporairement suspendu.

Lors de sa conférence de presse dans la capitale Kampala, Teopista Birungi Mayanja, Secrétaire générale de l’UNATU et membre du Bureau exécutif de l’IE, a insisté sur le fait que l’action précédente était suspendue pour permettre aux éducateurs/trices de se consulter et de mobiliser le soutien des citoyens/ennes et des militant(e)s concerné(e)s, si bien que la grève pourrait se transformer en un véritable mouvement d’action sociale.

Mme Mayanja a déclaré: « Nous voulons que le gouvernement comprenne que les méthodes d’intimidation utilisées à l’encontre de nos membres ne nous impressionneront pas. »

Elle a décrit en détails ces méthodes d’intimidation, notamment les arrestations, la cession forcée des bureaux, les mutations, la rédaction de lettres d’excuses et les insultes verbales. Elle a précisé que les éducateurs/trices ont accordé au gouvernement un délai allant jusqu’à la fin du mois de novembre pour satisfaire leurs revendications.

L’IE soutient son affilié dans sa lutte pour le respect des droits humains et syndicaux des éducateurs/trices et exhorte le gouvernement ougandais à s’engager dans la négociation collective avec les syndicats.