Ei-iE

Le dialogue social avec les enseignant(e)s: un point essentiel pour l'amélioration de l'EFPT

Publié 14 mai 2012 Mis à jour 21 mai 2012

La réussite de l'éducation et la formation professionnelle et technique (EFPT) repose sur un dialogue social sensé avec toutes les parties prenantes, y compris les enseignant(e)s et les organisations qui les représentent. C'est ce qu'a déclaré l'IE lors d'une réunion des ministres et officiels de l'éducation du monde entier.

Le 14 mai, lors d'une allocution au troisième Congrès international de l'UNESCO qui s'est déroulé à Shangai, en Chine, David Robinson, Conseiller spécial de l'IE, a déclaré aux délégués que les enseignant(e)s doivent être impliqué(e)s dans les décisions portant sur la gouvernance et l'EFPT.

« Les enseignantes et les enseignants ne sont pas nécessairement opposés à l'EFPT » a déclaré Robinson. « Cependant, il est inquiétant de constater que lors des réformes, on agit davantage contre les enseignants qu'avec eux. »

Robinson a fait remarqué que l'OIT et l'UNESCO ont défini le dialogue social dans le secteur de l'éducation comme « toute forme de partage d'informations, de consultation et de négociation entre les autorités éducatives, tant publiques que privées, et les enseignant(e)s et leurs représentants démocratiquement élus au sein des organisations d'enseignant(e)s. »

A travers la promotion du consensus par la participation de toutes les parties prenantes, le dialogue social mène les systèmes d'EFPT sur la voie de la réussite.

« Les systèmes d'EFPT de par le monde doivent faire face à un certain nombre de défis », a déclaré Robinson. « Seuls des mécanismes de dialogue social forts permettent de les relever. »

Robinson a par exemple remarqué que l'un des défis les plus importants est le recrutement et la fidélisation d'enseignant(e)s qualifié(e)s.

« Le dialogue social joue un rôle clé pour assurer que les enseignants et formateurs de l'EFPT bénéficient de conditions d'emploi et de perspectives de carrière appropriées », a dit Robinson. « Dans la lignée des normes internationales du travail, la négociation collective constitue un droit fondamental crucial dans cette perspective. En effet, la négociation collective entre les employeurs et les syndicats d'enseignants, même si elle n'est pas toujours aisée, démontre que des solutions négociées pour poser des choix difficiles sont nécessaires pour assurer réussite. »

Cependant, Robinson a mis en garde sur le fait que l'image donnée récemment du dialogue social dans le secteur est mitigée.

« Dans le contexte de crise financière et d'imposition de mesures d'austérité, nous avons constaté une dangereuse tendance de la part des gouvernements et des employeurs à ne pas négocier avec les enseignantes et les enseignants dans l'ensemble du secteur de l'éducation », a-t-il souligné. « Dans certains cas extrêmes, nous avons vu des dénis législatifs du droit fondamental de base que représente la négociation. »

Robinson a demandé aux ministres de soutenir plus activement le dialogue social dans le cadre de l'EFPT et, si nécessaire, de soutenir le développement des capacités pour les partenaires sociaux.