Ei-iE

Renforcer l’enseignement public afin d’éradiquer le travail des enfants

Publié 25 mai 2012 Mis à jour 29 mai 2012

Dans le cadre de la Campagne mondiale pour l’abolition du travail des enfants, l’IE a organisé une rencontre axée sur les stratégies syndicales à mener afin de défendre le droit des filles et des garçons à bénéficier de l’enseignement public de qualité garanti et financé par l’Etat. La rencontre s’est déroulée à Bogota, en Colombie, du 16 au 18 mai.

Des représentant(e)s des organisations de base de tout le pays ainsi que du Comité exécutif du syndicat d’enseignants Federación Colombiana de Educadores(FECODE) ont analysé ensemble les politiques publiques visant l’éradication du travail des enfants et la promotion de l’enseignement public.

Intégration du thème à l’école

La rencontre a été placée sous l’égide du Programme International pour l'abolition du travail des enfants de l’Organisation internationale du Travail (IPEC – OIT), qui y joue un rôle clé. Sa représentante en Colombie, Liliana Obregón, a assisté au forum.

Obregón a présenté aux participant(e)s le programme Aula Viva destiné à aider les enseignant(e)s à lutter contre le travail des enfants. Ce programme déploie des méthodes alliant pédagogie et développement personnel, en intégrant la thématique du travail des enfants.

Stratégies locales et globales

Afin de progresser dans l’éradication du travail des enfants, il faut entre autres que les Etats garantissent l’investissement dans des politiques d’accès aux écoles publiques et de maintien à l’école.

Rocío Mojica,du Fonds International des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF), a indiqué qu’il convenait de renforcer les liens institutionnels entre le Ministère de l’Education et les autres ministères ou des organismes internationaux tel l’UNICEF.

Selon Elsa Castañeda, conseillère externe au Ministère colombien de la Culture, « l’exploitation des enfants s’est intensifiée ces dernières décennies, on a sacrifié la pédagogie de l’école et imposé des évaluations de qualité dignes d’entreprises.Cette perte de pédagogie nous a également valu de perdre des étudiantes et des étudiants », a-t-elle affirmé.

Castañeda a expliqué que,d’après les statistiques, il est très difficile de réintégrer des filles et des garçons qui sont exclus du système scolaire, « même les systèmes de subventions n’ont pas fonctionné », a-t-elle précisé.

« À l’échelle mondiale, 200 millions de filles et de garçons échappent au système éducatif préscolaire, à quoi il faut réagir afin de préserver le droit à l’enseignement public, gratuit et de qualité pour tous et toutes », a affirmé Gabriela Bonilla, coordinatrice régionale de l’IE en Amérique latine.

« Il devient par conséquent de plus en plus urgent de réaliser l’investissement de minimum 1% du PIB dans l’éducation des enfants », a-t-elle conclu.

Travail des enfants en Colombie

Lors du débat ouvert qu’ont tenu les participant(e)s, la question s’est posée de savoir si la « pédagogie de l’amour » suffisait pour éradiquer le travail des enfants, sachant le rôle déterminant que joue la pauvreté.

En Colombie, la problématique du travail des enfants va de pair avec l’exploitation des filles et des garçons pour le trafic de stupéfiants. Ce phénomène, appelé ‘micro-trafic’, est courant dans les écoles des quartiers les plus défavorisés.

Depuis l’ouverture et l’extension du marché intérieur de la drogue en Colombie ces dernières années, ce dernier se cherche de nouveaux espaces publics. Les écoles comptent parmi eux.

Les syndicats dénoncent l’absence de politique gouvernementale claire de lutte contre ce phénomène ainsi que d’autres, qui sortent du coup du champ de vision.

Parmi les accords auxquels a abouti cette rencontre, il faut souligner le souhait d’élaborer des stratégies syndicales communes afin d’influer sur les politiques publiques en vue d’éradiquer le travail des enfants, action essentielle pour promouvoir et défendre le droit fondamental à l’éducation.

Engagez-vous dès maintenant contre le travail des enfants!

Le 12 juin aura lieu la Journée mondiale contre le travail des enfants, dont c’est le 10e anniversaire cette année.

Les syndicats de l’enseignement ont fait œuvre de pionniers dans le mouvement de prévention et d’éradication du travail des enfants.À l’occasion de cette journée, l’IE a mis en place la campagne ‘Une heure contre le travail des enfants’.

L’IE a conçu du matériel pédagogique et interactif destiné à être utilisé à l’échelle mondiale par les syndicats d’enseignants, leurs membres et les élèves pour entreprendre des activités autour de la problématique du travail des enfants.

Le matériel de campagne est disponible sous ce lien.