Ei-iE

Une dirigeante d’un syndicat de l’éducation dément les déclarations d’une militante contre les enseignant(e)s

Publié 27 juin 2012 Mis à jour 5 juillet 2012

L’IE salue une récente émission de la BBC à laquelle étaient invitées Mary Bousted, Secrétaire générale de l’Association of Teachers and Lecturers (ATL), et Michelle Rhee, ancienne Chancelière des District of Columbia Public Schools (Ecoles publiques du district de Columbia). Elle a permis à l’une des principales syndicalistes de l’éducation du Royaume-Uni de réaffirmer la notion d’enseignant(e)s de qualité et d’évaluation des enseignant(e)s.

Mary Bousted a questionné Michelle Rhee au sujet de son licenciement d’une directrice d’école, diffusé dans un programme télévisé. Elle a condamné son geste avec la plus grande fermeté en le décrivant comme une « humiliation complète ».

Les deux invitées ont également débattu des leçons américaines à l’intention des écoles britanniques, des allégations de tricherie dans le système des États-Unis et de la manière d’éliminer les enseignant(e)s dont les résultats ne sont pas satisfaisants en Grande-Bretagne.

Michelle Rhee: une évaluation des enseignant(e)s est nécessaire

Une « évaluation rigoureuse » des enseignant(e)s s’avère nécessaire, a affirmé Michelle Rhee durant le programme télévisé. L’ancienne directrice des écoles à Washington DC aux Etats-Unis a licencié 1.000 enseignant(e)s, a fermé plus de 30 écoles et s’est débarrassée de deux tiers des chefs d’établissements scolaires placés sous son autorité afin de relever les normes. Elle a transformé le mythe urbain, selon lequel trois « bons enseignants d’affilée » combleraient l’écart entre les taux de réussite des étudiant(e)s, en une campagne nationale contre les enseignant(e)s.

Malgré ce triste bilan, durant la visite de Michelle Rhee au Royaume-Uni, le ministre britannique de l’Éducation Michael Gove l’a malheureusement décrite comme son héroïne pour le travail qu’elle a accompli dans l’un des districts aux États-Unis où les écoles sont les moins performantes.

Mary Bousted s’est opposée aux allégations de Michelle Rhee, en soulignant que « la meilleure manière de relever les normes… consiste à apprendre et à lancer des défis: par exemple, des autorités locales se sont rendues dans des écoles en situation d’échec, dont une partie sont de bonnes écoles, ont soutenu les enseignants, ont pourvu des postes vacants dans les établissements scolaires […]. C’est en oeuvrant pour les enseignants et non contre eux que les normes peuvent être relevées ».

IE: il est bon de défier Rhee

Le Secrétaire général adjoint de l’IE, David Edwards, a déclaré que « Michelle Rhee qui dénigre les enseignants aux États-Unis » n’avait pas été défiée depuis des années. « L’IE est fière que Mary Bousted, Secrétaire générale de l’ATL, affilié britannique de l’IE, ait contribué à mettre un terme à cette tendance. Mary Bousted a défié Michelle Rhee en soulignant qu’on ne peut licencier ainsi pour améliorer l’éducation sans enseignants de qualité », a-t-il affirmé. « Elle lui a également reproché d’avoir humilié publiquement des éducateurs tout en soutenant qu’elle ‘appuie’ la qualité de l’enseignement ».

Aux Etats-Unis, les affiliés de l’IE s’opposent fermement, depuis des années, aux politiques et aux stratégies agressives de Rhee contre les éducateurs/trices.

La présidente de l’ American Federation of Teachers, Randi Weingarten, a indiqué l’année dernière, au sujet du programme de liste des premières priorités des étudiant(e)s, que « l’agenda de Michelle Rhee pose une fausse alternative: soutenir les étudiants ou les enseignants. Il est clair qu’aucune des deux approches ne peut aboutir à moins que les deux ne soient soutenues. Faire des écoles des lieux plus propices à l’apprentissage pour les enfants revient également à en faire de meilleurs lieux de travail pour les enseignantes et enseignants. »

« Des changements profonds et durables ne s’opéreront que lorsque tout le monde – les enseignantes et enseignants, la direction, les parents, les élues et élus, et la communauté – assumera la responsabilité de l’éducation de nos enfants », a-t-elle ajouté. « D’excellents enseignants sont formés et les étudiants réussissent  dans les districts scolaires axés sur la responsabilité partagée et une culture de collaboration ».

Dennis van Roekel, Président de la National Education Association(NEA), a souligné que « Michelle Rhee fait partie d’un groupe de dénommés réformateurs qui ont consacré les dernières années à passer d’un Etat à l’autre - et il semble, à présent, d’un pays à l’autre –  en préconisant le conflit au lieu de la collaboration et les sanctions au lieu des solutions. La NEA et un mouvement croissant d’Américains rejettent cette approche, source de divisions, basée sur la soi-disant « amélioration des écoles » car, en fin de compte, les écoles ne sont pas améliorées et les intérêts des enfants ne sont pas servis. Nos enfants méritent un pays uni engagé dans la cause des bonnes écoles publiques pour tous, qu’on n’obtient pas en éliminant les éducatrices et éducateurs dans les écoles – la seule manière d’y parvenir étant de collaborer avec eux. »

Pour de plus amples informations, veuillez consulter:

Vidéo de la BBC sur l’entretien conjoint avec Mary Bousted et Michelle Rhee (en anglais)

Article de Diane Ravitch, historienne de l’éducation à l’université de New York, sur Michelle Rhee (en anglais)

Site web RheeFirst