Ei-iE

Le secteur éducatif suisse revendique de réels efforts en faveur de l'éducation de qualité

Publié 17 juillet 2013 Mis à jour 24 juillet 2013

A l'occasion de sa récente Assemblée générale, la Fédération suisse des enseignantes et enseignants (Dachverband Schweizer Lehrerinnen und Lehrer, LCH) a adopté à l'unanimité une résolution appelant à intensifier les efforts en faveur de l'éducation de qualité sur l'ensemble du territoire.

Beat W. Zemp, Président de la LCH reconduit dans ses fonctions lors de l'Assemblée générale, a déclaré: « Les enseignantes et enseignants aspirent à dispenser une éducation de qualité pour tous les élèves. Il nous faut par conséquent instaurer un cadre propice à cette démarche. Il est important que les autorités tiennent compte des observations des enseignantes et enseignants – c'est le seul moyen dont nous disposons pour garantir la qualité de l'éducation. »

Un appui unanime à la résolution

Les délégué(e)s présent(e)s à l'Assemblée générale ont adopté à l'unanimité une résolution appelant les administrations scolaires cantonales à initier des mesures dans quatre domaines afin de répondre aux défis de demain. En Suisse, l'éducation relève de la compétence des Cantons (autorités régionales).

Les quatre domaines visés par les mesures sont les suivants:

1.       L'enseignement des langues étrangères. La résolution évoque une société multilingue et mondialisée, dans laquelle l'enseignement linguistique de qualité revêt une importance capitale. Un sondage mené par la LCH auprès de ses membres a clairement révélé que les cadres scolaires ne fournissaient pas les conditions de base nécessaires au bon apprentissage des langues étrangères. Tandis que les enseignant(e)s se disent capables d'enseigner ces matières, les contraintes structurelles en présence empêchent pourtant souvent de dispenser un enseignement linguistique de qualité.

2.       L'intégration. Il convient de conceptualiser les modèles existants d'intégration de tous les groupes d'apprenants dans des salles de classe hétérogènes. L'école nécessite une certaine marge de manœuvre pour pouvoir répondre aux réalités et aux besoins locaux.

3.       Le développement professionnel. La formation professionnelle continue est une composante importante de l'effort entrepris en faveur de l'éducation de qualité. Les certifications et les fonctions devraient être transférables entre les Cantons.

4.       Le « programme 21 ». Le nouveau programme dont l'introduction est prévue pour cette année devra tenir compte de ces différents aspects et fournir le cadre nécessaire au succès de ces mesures.

« La route est encore longue, bien que l'on observe des progrès en matière d'harmonisation et d'amélioration du cadre scolaire, » indique Zemp. Et d'ajouter: « La LCH et ses membres continueront de revendiquer des efforts réalistes en vue de garantir une éducation de qualité pour tous les élèves de Suisse. »