Ei-iE

La citoyenneté mondiale: faire de ce concept à la mode une réalité

Publié 2 juillet 2014 Mis à jour 25 juillet 2014

Que ce soit en matière de musique, de vêtements, ou de coupes de cheveux – que l'on préfère parfois oublier –, les tendances rythment nos vies depuis toujours. Mais lorsqu'il s'agit de l'éducation, les conséquences peuvent s'avérer bien plus importantes qu'une simple photo de promo embarrassante.

Les tendances ne sont pas toutes suffisamment solides pour durer, pour perdurer, et finissent par se faner avec l'arrivée de la prochaine grande nouveauté. L'une des dernières tendances en matière d'éducation, c'est la citoyenneté mondiale: son concept en lui-même et l'importance qu'on lui attache. Mais le fondement même de ce concept, ainsi que la façon dont il influence l'éducation, constituent une priorité majeure pour celles et ceux qui souhaitent l'intégrer aux objectifs pour le développement post-2015 en matière d'éducation.

« Lorsque nous parlons de citoyenneté mondiale, on parle de l'essence même de la citoyenneté », a déclaré Haldis Holst, Secrétaire générale adjointe de l'Internationale de l'Education (IE). « L'éducation représente bien plus qu'une simple préparation au monde du travail. Elle doit être considérée comme une préparation à la vie. »

Haldis Holst, qui travaille sur les programmes relatifs aux droits humains et syndicaux, à l'égalité et à la solidarité, a présidé la récente conférence qui s'est tenue à Bruxelles « Citizens for Global Education, Education for Global Citizenship» (Des citoyens pour une éducation mondiale, éducation pour une citoyenneté mondiale), dont l'objectif était d'arracher cette étiquette de « tendance ».

La conférence a réuni un large éventail d'ONG et d'organisations internationales – telles que l'UNESCO, Oxfam International et l'IE – qui souhaitent que les objectifs mondiaux en matière d'éducation fassent partie du programme post-2015 des Nations Unies. Les 24 et 25 juin derniers, près de 90 participant(e)s ont uni leurs efforts en vue de mettre au point un message clair définissant ce à quoi devrait ressembler l'avenir de l'éducation, en se penchant plus particulièrement sur l'objectif d'Education à la citoyenneté mondiale. C'est dans cet objectif qu'ils/elles ont rédigé le document (en anglais) intitulé « La proposition de Bruxelles: vers une nouvelle direction pour l'éducation».

La « Proposition de Bruxelles » définit de quelle façon « l'éducation à la citoyenneté mondiale nous permettra de trouver de nouveaux moyens d'atteindre, d'inspirer et de motiver les apprenants afin qu'ils concentrent leurs efforts sur des solutions sociales, économiques et écologiques qui soient équitables, pacifiques et durables, en réponse aux défis interconnectés à l'échelle locale comme à l'échelle mondiale ».

Mais qu'est-ce que cela signifie?

« La citoyenneté mondiale diffère radicalement de l'apprentissage traditionnel », a précisé Haldis Holst, avant d'ajouter qu'il était grand temps de transformer l'éducation mondiale, et de traduire ce concept à la mode de façon pratique au sein des écoles. « Elle représente un nouvel indicateur mesurable en matière d'éducation, qui se reflète à travers les résultats à long terme. »

Ces résultats à long terme auxquels Haldis Holst fait référence, constituent des éléments mesurables tels que la participation démocratique à travers les taux de participation aux élections, ou encore un environnement durable. Cependant, d'autres éléments tels que la façon dont les populations interagissent sur le plan culturel à l'échelle mondiale, s'avèrent bien plus difficiles à identifier.

Dans son discours, la Secrétaire générale adjointe de l'IE précise que lorsqu'il s'agit d'enseigner le concept de citoyenneté mondiale, l'un des défis majeurs réside dans le fait de tenter de trouver un moyen d'établir un lien entre l'aspect mondial et les traditions locales et nationales, qui sont actuellement enseignées dans chaque pays et communauté.

En parvenant à intégrer la citoyenneté mondiale au programme post-2015, les participant(e)s à la conférence espèrent que nous serons mieux armés pour aider les enfants à devenir des citoyens du monde, et ce, quelle que soit leur origine. Pour faire de cette tendance d'aujourd'hui, la réalité de demain.