Ei-iE

Qui a dit que l’école manquait de créativité? Des élèves mauricien(ne)s apprennent à travers l’art

Publié 4 juillet 2014 Mis à jour 7 juillet 2014

Des éducateurs/trices de cette île de l'Océan indien font appel à la créativité et à l’art pour motiver et offrir davantage de possibilités aux élèves qui présentent des difficultés d'apprentissage.

Les méthodes classiques d'apprentissage revêtent une touche créative à l'école primaire gouvernementale Richelieu, sur la côte Ouest de l'île Maurice; une approche pluridisciplinaire basée sur la créativité artistique aide les élèves à voir les choses différemment.

En faisant appel à la créativité, l'école espère aider les élèves plus lents à mieux appréhender des matières telles que les mathématiques, les sciences et les langues à travers des exercices, dont le jeu, afin d'augmenter leur potentiel d’apprentissage et leur estime de soi. Certains projets artistiques expliquent la notion d’angles, en faisant éventuellement le lien avec différentes parties du volcan inactif de l’île, le Trou aux Cerfs.

L'école estime en outre que certaines méthodes traditionnelles, créatives, d'enseignement ne se démodent jamais. Le fait de raconter des histoires comme dans le temps, par exemple, nourrit la culture littéraire des enfants tout en les familiarisant avec les langues.

Une activité les amène même à se salir les mains – toujours au nom de l'apprentissage, bien entendu!

Les enseignant(e)s emmènent leurs élèves au jardin, où la pratique permet à beaucoup de comprendre plus facilement les phénomènes scientifiques, comme la croissance des plantes. Les enfants deviennent des apprentis-chercheurs en mobilisant des compétences tels l’observation, l’enregistrement et l'analyse afin de découvrir comment la vie évolue au jardin, notamment la croissance et la germination.

La démarche de cette école prouve que des méthodes d’apprentissage un peu moins conventionnelles peuvent aider à fournir à bon nombre d'élèves l'éducation de qualité dont ils ne pensaient jamais pouvoir bénéficier.