Ei-iE

Kazakhstan: des syndicats de l’éducation plus forts grâce au renforcement des capacités de négociation et d’organisation

Publié 16 juillet 2015 Mis à jour 12 août 2015

Le Bureau Asie-Pacifique de l’Internationale de l’Education a organisé deux ateliers sur les problématiques syndicales qui touchent les membres du Kazakhstan Trade Union of Education and Science Workers, son affilié national, en renforçant leurs capacités de négociation et leurs compétences en matière d’organisation.

Le premier des ateliers syndicaux de niveau intermédiaire, dédiés aux dirigeant(e)s syndicaux/ales du Kazakhstan Trade Union of Education and Science Workers(KTUESW), s’est tenu à Shymkent, du 1er au 3 juillet. Le second a quant à lui été organisé à Khezkazgan, du 4 au 6 juillet.

Ces deux ateliers ont permis:

·         de renforcer les connaissances et les compétences acquises lors du séminaire/atelier de niveau de base de l’oblast;

·         d’améliorer les compétences en matière de leadership des dirigeant(e)s syndicaux/ales;

·         de comprendre les principes et concepts de l’administration syndicale et des programmes syndicaux;

·         de développer de nouvelles connaissances sur la valeur des réunions syndicales et de la communication au sein du syndicat comme en dehors;

·         de comprendre l’importance de l’affirmation de soi au sein des syndicats;

·         de renforcer la position du syndicat dans le cadre des négociations des conventions collectives; et

·         d’acquérir des compétences au regard de la planification du développement organisationnel.

Selon Jerome Fernandez, Coordinateur régional de l’Internationale de l’Education, ces ateliers, qui ont fait écho à de précédents ateliers de niveau de base organisés au Kazakhstan, se sont avérés utiles dans la mesure où ils ont permis de consolider les compétences et les connaissances précédemment acquises.

Il a également fait remarquer que l’atelier organisé à Khezkazgan fut « couronné de succès », étant donné que les participant(e)s ont pu manifestement faire usage des connaissances précédemment acquises en dirigeant leur syndicat, et que ces nouvelles compétences et connaissances se révéleront certainement utiles à l’avenir.