Ei-iE

Préparez-vous à plus d'austérité en 2016, prévient l'Organisation internationale du Travail

Publié 10 novembre 2015 Mis à jour 16 novembre 2015

Un deuxième choc d'ajustement inquiétant et entraînant des mesures d'austérité serait prévu pour 2016 et toucherait 132 pays, principalement des pays en voie de développement, selon une mise à jour annuelle sur l'austérité présentée par l'Organisation internationale du Travail.

D'après un nouveau rapport de l'Organisation internationale du Travail (OIT) qui examine les tendances financières de 187 pays de 2010 à 2020, l'austérité va frapper une fois de plus en 2016. Les projections du Fond monétaire international (FMI) indiquent qu'une deuxième période importante de contraction des dépenses au niveau international doit commencer l'année prochaine. Mondialement, les réductions budgétaires devraient toucher 132 pays en matière de produit intérieur brut (PIB).

Une des principales conclusions de ce rapport révèle que le monde en voie de développement sera le plus touché. En tout, 81 pays en voie de développement devraient réduire leurs dépenses publiques pendant le choc à venir, contre 45 pays à revenu élevé. La contraction des dépenses devrait toucher plus des deux tiers de l'ensemble des pays annuellement, affectant plus de six milliards de personnes, soit près de 80 % de la population mondiale d'ici 2020.

En termes de mesures d'austérité, un examen des rapports récents du FMI par pays indique que les gouvernements évaluent plusieurs mesures d'ajustement, telles que les réductions salariales et/ou les plafonds, notamment les salaires du secteur de l'éducation, de la santé et autres employés du secteur public (dans 130 pays), les réformes des retraites (dans 105 pays) ou les réformes de la santé (dans 56 pays).

De nombreux gouvernements envisagent également des mesures au niveau des recettes qui peuvent avoir un impact négatif sur les populations vulnérables, principalement au travers de l'introduction ou de l'élargissement d'impôts sur la consommation (dans 138 pays), ainsi que de la privatisation des actifs et des services de l'Etat (dans 55 pays).

Les projections réalisées avec le modèle politique global des Nations Unies indiquent que les réductions des dépenses prévues affecteront négativement le PIB et l'emploi dans toutes les régions. Comparé à un scénario de base sans contraction budgétaire, le PIB mondial devrait baisser de 5,5 % d'ici 2020, causant par la suite une perte nette de 12 millions d'emplois. L'Asie orientale et l'Afrique subsaharienne seront les régions les plus touchées.

Nous n'avons pas à passer par une décennie d'ajustement, précise dans le rapport Isabel Ortiz, la directrice du Département de la protection sociale de l'OIT. Le document pose ensuite la question de savoir si la trajectoire de contraction fiscale projetée, en termes de délai, d'étendue et d'amplitude, ainsi que les mesures d'austérité particulières envisagées vont mener à un redressement socio-économique et à l'accomplissement des objectifs de développement durable convenus récemment par la plupart des pays. Il encourage également les décisionnaires à reconnaître les importants coûts humains et de développement des stratégies d'ajustement mal conçues et d'étudier des politiques alternatives qui soutiennent un redressement pour tous.

Lisez le document de politique « The Forthcoming Adjustment Shock » (Le choc de l'ajustement à venir) ici, et le document de travail « The Decade of Adjustment: A Review of Austerity Trends 2010-2020 in 187 Countries » (La décennie de l'ajustement: une étude des tendances d'austérité 2012-2020 dans 187 pays) ici.