Ei-iE

Les derniers chiffres de l’ONU révèlent qu’il reste encore de nombreux efforts à déployer pour faire de l’éducation universelle une réalité

Publié 18 juillet 2016 Mis à jour 26 juillet 2016

Malgré les promesses formulées au travers des Objectifs de développement durable, le Rapport mondial de suivi sur l’Education met en lumière l’immense défi mondial que représente la scolarisation de tous les enfants et de tous les jeunes.

Deux cent soixante-trois millions: selon la nouvelle série d’indicateurs de l’Institut de statistique de l’UNESCO, tel est le nombre d’enfants et d’adolescent(e)s non scolarisé(e)s dans le monde. Si ce chiffre en lui-même est stupéfiant, les dernières informations publiées dans le document du Rapport mondial de suivi de l’Education – Ne laisser personne pour compte: sommes-nous loin de l’enseignement primaire et secondaire universel?– mettent en exergue les vrais défis auxquels sont confrontés les dirigeant(e)s et les décideurs/euses politiques, ainsi que les syndicats et les organisations du secteur de l’éducation.

Même si le taux de scolarisation a augmenté dans l’enseignement primaire ainsi que dans le secondaire inférieur et supérieur, entre 2007 et 2014, à l’instar du nombre total d’enfants et de jeunes scolarisés, les derniers chiffres publiés sont loin d’être réjouissants. En Asie du Sud et en Afrique subsaharienne, par exemple, plus de la moitié des jeunes ne sont pas scolarisés. De plus, sur les 61 millions d’enfants qui n’ont pas la chance de s’asseoir sur les bancs de l’école, 34 millions d’entre eux vivent en Afrique subsaharienne.

« Ces chiffres, qui sont choquants à bien trop d’égards, apportent la preuve que notre mission est encore loin d’être accomplie », a déclaré Fred van Leeuwen, le Secrétaire général de l’Internationale de l’Education (IE). « Nous devons faire de l’égalité une priorité, en particulier pour lutter contre les disparités entre les genres dans le domaine de l’éducation », a-t-il poursuivi, rappelant que les filles sont toujours plus susceptibles d’être exclues de l’éducation que les garçons.

Les zones de conflits armés, déserts scolaires

Ce rapport précise également qu’en 2014, 32 pays en situation de conflit abritaient 21,5 millions d’enfants non scolarisés, soit 35 pour cent du total mondial. Ces conflits violents ont par ailleurs contraint 31 millions d’autres adolescent(e)s à quitter l’enseignement secondaire inférieur et supérieur.

Toutefois, en raison de l’absence de données sur le sujet, le rapport n’a pu préciser le nombre de réfugié(e)s, ainsi que d’enfants et de jeunes déplacé(e)s à l’intérieur de leur pays, qui se retrouvent privé(e)s de scolarisation.

Dans le but de répondre aux nombreux défis et enjeux de cette problématique, les Etats membres, les agences des Nations unies et d’autres acteurs du secteur se réunissent à New York du 11 au 20 juillet, à l’occasion du Forum politique 2016 de haut niveau sur le développement durable, organisé par l’Institut international du développement durable.